Adsense

Médecine régénérative

Source : www.pri.org ; www.redorbit.com

Salués pour une avancée majeure dans le domaine de la médecine régénérative, les chercheurs du Wake Forest Baptist Medical Center (Caroline du Nord) ont créé les premières structures à base d’oreille, d’os et de muscles capables de se transformer en tissus fonctionnels lorsqu’ils sont implantés sur des souris. Les premiers résultats sont prometteurs en ce qui concerne leur utilisation chez l’être humain.

Suite à l’échec des tentatives visant à générer en laboratoire des parties du corps humain constituées de cellules longues de plus de 2 millimètres, les chercheurs ont mis au point une nouvelle technique qui consiste à intégrer des micro-canaux dans les tissus à imprimer, comme dans une éponge, permettant ainsi aux nutriments de pénétrer le tissu. Après l’implantation du tissu, le corps du patient va créer des vaisseaux sanguins qui utiliseront la place laissée par les micro-canaux.

L’équipe de chercheurs a utilisé le système intégré d’impression de tissus et d’organes (ITOP), développé au cours de ces dix dernières années. Cet appareil très sophistiqué fonctionne avec un plastique biodégradable combiné avec un gel à base d’eau qui contient des cellules vivantes et qui favorise leur croissance. Au fur et à mesure que les vaisseaux sanguins et les nerfs grandissent et pénètrent dans les implants, le plastique se décompose et est remplacé par une matrice naturelle constituée de protéines.

Les femmes et le changement climatique

Source : IPS

Ce 3 mars 2016, à Bruxelles, le Comité de l’UE sur les droits des femmes et l’égalité des sexes a tenu une réunion sur la question des femmes réfugiées et demandeuses d’asile dans l’UE. L’ancienne présidente irlandaise Mary Robinson a prononcé un discours fort, soutenant la nécessité de donner le pouvoir aux femmes dans le monde, notamment en facilitant leur participation au niveau local. Les femmes doivent être autorisées à participer de façon significative à la conception, la planification et la mise en œuvre des politiques et des programmes qui ont un impact sur leur vie. S’assurer que la voix des femmes soit entendue et qu’on réponde à leurs besoins est essentiel à l’avancement de la justice climatique.

Le changement climatique exacerbe les modèles existants d’inégalité, y compris l’inégalité entre les sexes. M. Robinson a souligné que les dimensions sexospécifiques du changement climatique sont mal comprises, malgré le fait que la majorité de ceux qui sont sur les lignes de front de la pauvreté et du changement climatique soient des femmes. Les impacts du changement climatique sont différents pour les femmes et les hommes.

« Pour réaliser une approche « qui ne laisse personne en arrière » revendiquée dans l’Agenda 2030 pour le développement durable et l’engagement « d’atteindre ceux qui sont en arrière-plan », les femmes sur le terrain doivent être reconnues comme des acteurs clés du développement durable au niveau mondial », a déclaré M. Robinson. Elle a souligné la nécessité pour les femmes d’avoir leur mot à dire dans la formulation des décisions qui influent sur leur vie. Trop souvent, les programmes ne parviennent pas à atteindre leurs objectifs, car ils sont conçus sans engager des femmes comme « agents du changement » au sein de leurs communautés. L’Objectif n° 5 du développement durable (Réaliser l’égalité des sexes et responsabiliser les femmes et les filles) vise à « Assurer la pleine et effective participation des femmes et l’égalité des chances pour leur donner un rôle prédominant à tous les niveaux de prise de décision dans la vie politique, économique et publique. » Les décideurs peuvent développer des solutions climatiques durables à long terme au niveau local qui permettront de renforcer des communautés entières.

« Les femmes détiennent une richesse de connaissances dont nous aurons besoin pour gérer les impacts du changement climatique et accélérer le développement durable », a déclaré Mary Robinson.

Iran : progression des modérés

Source : BBC, Associated Press

Les candidats modérés et modérément conservateurs en Iran ont enregistré des gains importants aux élections de février 2016, au détriment des conservateurs purs et durs. Les durs, qui se sont opposés à l’accord nucléaire de l’an dernier avec les puissances mondiales, ont cédé le contrôle du parlement à ceux qui ont soutenu l’accord. Les modérés ont remporté la majorité à l’Assemblée des experts, un organisme influent de 88 membres religieux qui a le pouvoir de nommer et de révoquer le chef suprême du pays (le Guide de la révolution).

Le président iranien Hassan Rouhani a déclaré que le résultat des élections montrait que le peuple iranien voulait mettre un terme à la confrontation avec le monde extérieur : « Les gens ont exprimé d’une voix claire : « Nous voulons la modération, et non pas l’extrémisme. Nous voulons une interaction avec le monde, et non la confrontation. » »

Une Europe pour tous et par tous

Source : Carpe DiEM25 ; www.diem25.org ; www.guardian.co.uk

 Un nouveau mouvement se dessine à travers l’Europe. Né d’un sentiment croissant de marginalisation et de désillusion, et d’une volonté qui transpire dans les appellations telles que Podemos ou Indignados. Le mouvement européen People Power a démarré. Le mardi 9 février 2016, des militants de toute l’Europe se sont réunis à la Volksbühne de Berlin pour lancer DiEM25, Democracy in Europe Movement 2025 (Manifeste pour une Union européenne démocratique).

De nombreuses personnes et organisations se sont impliquées dans DiEM25 pour témoigner de la façon dont la Grèce a été traitée par l’Union européenne. Les gens sont préoccupés par la manière avec laquelle les dirigeants européens cherchent à éviter d’aborder les vrais problèmes auxquels sont confrontés les citoyens européens, et même les citoyens du monde en général. Beaucoup sont attirés par la vision rafraîchissante fournie par Yanis Varoufakis (ancien ministre des Finances de la Grèce, professeur d’économie à l’Université d’Athènes et professeur invité à la Lyndon B. Johnson Graduate School of Public Affairs, Université du Texas, Austin).

Le point de départ de DiEM25 est que l’UE n’est plus vraiment démocratique. Des principes simples ont été abandonnés alors qu’auparavant ils servaient de guide à une Europe qui se montrait plus confiante. Parmi ceux-ci, on peut citer les devises qui doivent être des instruments et non une fin en soi ; un marché unique qui devrait être équitable pour toutes les parties prenantes, en particulier les pays pauvres ; la prise en compte de l’environnement ; limiter les pires excès du capitalisme et en particulier les comportements autodestructeurs. Enfin, il faut viser à l’harmonie sociale et au développement durable, grâce à la transparence, en menant des politiques pour traiter les crises de la dette, des banques, de l’insuffisance des investissements, de l’augmentation de la pauvreté et de la migration.

L’objectif à moyen terme de DiEM25 est de convoquer une assemblée constituante où les Européens vont délibérer sur la façon de présenter, d’ici 2025, une démocratie européenne à part entière, avec un parlement souverain qui respecte l’autodétermination des nations et partage le pouvoir avec les parlements nationaux, les assemblées régionales et les conseils municipaux.

Les quatre principes de DiEM25 :

– Aucun peuple européen n’est libre tant qu’une autre démocratie est violée.

– Aucun peuple européen ne peut vivre dans la dignité tant que celle-ci est refusée à un autre peuple.

– Aucun peuple européen ne peut espérer la prospérité tant qu’un autre est poussé dans l’insolvabilité permanente et la dépression.

– Aucun peuple européen ne peut croître sans que les biens de base ne soient disponibles pour ses citoyens, sans développement humain, sans équilibre écologique et sans la volonté de se libérer des combustibles fossiles dans un monde qui change ses comportements et non pas le climat de la planète.

« Nous demandons à nos concitoyens européens de nous rejoindre immédiatement pour créer le mouvement européen que nous appelons DiEM25. »

Le budget participatif

Source : www.decorrespondent.nl ; www.thenation.com

La budgétisation participative (BP) permet aux citoyens de décider à quoi servent leurs impôts.

Apparue en 1989 dans la ville brésilienne de Porto Alegre, cette méthode a fait son chemin dans plus d’une centaine de villes brésiliennes. Aujourd’hui, plus de 1 500 villes incluant New York, Séville, Hambourg et Mexico ont adopté une forme de BP.

En octobre 2004, dans la ville de Torres (Venezuela), un candidat « pas comme les autres » fut élu maire et décida de remettre le pouvoir aux mains des citoyens. L’intégralité du budget disponible de la municipalité (environ 700 millions de dollars) fut alloué aux citoyens afin qu’ils le dépensent comme ils le jugeaient bon. Début 2005, 550 réunions furent organisées, où chacun était invité à présenter des projets nécessitant des financements, et où des délégués étaient choisis. Depuis lors, une communauté d’hommes et de femmes ordinaires décide du budget de la ville.

Dix ans après, Torres est un endroit complètement différent. Les recherches menées par l’Université de Californie indiquent que la corruption et le copinage ont considérablement diminué et que les citoyens n’ont jamais été autant impliqués en politique. Des habitations, des écoles et des routes ont été construites en grand nombre et des quartiers ont été rénovés.

La BP de Torres est un exemple d’expression du pouvoir populaire impressionnant, où l’autorité décisionnelle revient aux délégués du peuple plutôt qu’à des bureaucrates ou à des chefs de parti. Construire un pont entre les citoyens et la politique est un moyen de sauver la démocratie.

Le New York Times a qualifié la BP de « révolution civique en action ».

Le pouvoir des peuples du Pacifique

Source : www.commondreams.org

L’Accord de partenariat transpacifique (TPP) a été finalisé en octobre 2015, créant un soi-disant régime de « libre-échange » entre douze nations du Pacifique, dont les Etats-Unis, le Canada et le Japon. Les ministres du Commerce ont signé l’accord à Auckland (Nouvelle-Zélande), le 4 février 2016.

Des milliers de personnes se sont rassemblées pour protester pacifiquement. Les opposants affirment que les droits de l’homme, la santé publique, l’environnement et la démocratie elle-même sont menacés par le TPP puisqu’il « ôte le pouvoir au peuple pour le donner aux sociétés », tout comme le prévoit le Traité de libre-échange transatlantique (TTIP). L’accord doit encore être ratifié par les Etats-Unis, ce qui octroie un délai supplémentaire à ses opposants pour renforcer le mouvement d’opposition.

La médecine du futur donne de la voix

Source : www.med.wisc.edu

La recherche en matière de régénération des tissus est l’une des plus passionnantes de la médecine moderne et la liste de ses réalisations ne fait que croître.

L’un de ses axes vise la génération de cordes vocales humaines à partir de l’estomac. Grâce à des techniques de bio-ingénierie, des docteurs de l’Université du Wisconsin sont parvenus à créer des tissus analogues à ceux des cordes vocales qui vibrent dans le larynx et qui génèrent la voix humaine.

Cinq patients firent don de cellules qui furent cultivées dans un environnement de laboratoire pendant deux semaines. Ces cellules furent ensuite intégrées à un larynx grâce à une trachée artificielle. Les scientifiques ont comparé le son émis par ces cordes à un « eee » un peu robotique – exactement le genre de son produit par de vraies cordes vocales humaines dans un milieu isolé. Dans des conditions « normales », c’est-à-dire avec une gorge, une bouche, une langue, etc., les scientifiques estiment que ces cordes vocales de laboratoire égaleront les cordes vocales humaines.

Un autre aspect intéressant de cette technique particulière de régénération de tissus est qu’il semblerait que, jusqu’ici tout du moins, le tissu généré soit « immune-privilégié » c’est-à-dire qu’aucun mécanisme de défense automatique du système immunitaire ne se déclenche afin de rejeter les cellules nouvelles ou « étrangères ».

Traitement révolutionnaire contre le cancer

Source : www.theguardian.com

Au Royaume-Uni, une récente découverte médicale dans le traitement du cancer est considérée comme révolutionnaire. Des médecins britanniques ont développé une technologie utilisant des faisceaux d’énergie à ultrasons de grande puissance, sans chirurgie. Les recherches ont été menées par l’Institut de recherche sur le cancer (ICR) à l’hôpital Royal Marsden de Londres. La technique a été utilisée pour tuer les tissus nuisibles tels que des lésions osseuses métastatiques profondes à l’intérieur du corps des patients.

« Cette technologie a un immense potentiel », a déclaré le professeur Gail Ter Haar de l’IRC. Les d’ultrasons focalisés de grande puissance (HIFU) ont également la capacité de libérer des capsules de médicaments spécialement conçues contre le cancer à l’intérieur même de la tumeur, précisent les chercheurs. A l’avenir, les médecins pensent qu’ils seront également capables d’utiliser les ultrasons pour éliminer les cancers de la prostate, du sein et d’autres tumeurs.

« La technologie est absolument non-invasive et nous permet de suivre instantanément les changements que nous effectuons à l’intérieur du patient, a déclaré Thomas Andreae, directeur de la thérapie chez Philips, qui collabore avec l’ICR sur le projet. Toutes sortes d’applications sont possibles. »

Les fréquences des ondes à ultrasons vont au-delà du spectre audible par l’homme. Les scanners à ultrasons de faible puissance sont utilisés sur les femmes enceintes pour générer des images de fœtus en développement dans l’utérus. Ce nouveau traitement contre le cancer utilise des faisceaux d’ultrasons 10 000 fois plus puissants que ceux utilisés pour les échographies. Ces faisceaux détruisent les tissus en faisant chauffer les cellules jusqu’à les tuer.

« Quand nous choisissons d’éliminer un tissu, nous le faisons chauffer jusqu’à environ 55°C pendant au moins une seconde. Cela suffit pour le détruire, a déclaré le professeur Ter Haar. Les ultrasons permettent cela, mais surtout, ils permettent de toucher des endroits très profonds à l’intérieur d’un organe sans affecter les tissus en surface. »

Le cancer de la prostate pourrait être traité en utilisant des sondes, dirigées par une IRM qui canaliserait les ultrasons vers des parties spécifiques de la tumeur. On a bon espoir de traiter également le cancer du sein. Des capsules lipidiques contenant de puissants médicaments anticancéreux peuvent être injectées dans le sang des patients et circuler jusqu’à ce qu’elles atteignent les tumeurs. « Nous pourrions alors utiliser les ultrasons pour réchauffer ces tumeurs, ce qui provoquerait la fonte des capsules lipidiques, libérant leurs contenus médicamenteux anti-cancer directement sur la tumeur, a déclaré T. Andreae. Ce serait un ajout très puissant à notre arsenal de traitements contre le cancer à l’avenir. » 

3D et médecines du futur

Source : www.med.wisc.edu ; www.listverse.com  ; www.forbes.com

Les bonnes nouvelles ne font pas toujours les gros titres et certaines découvertes faites en 2015 dans le domaine médical n’ont guère retenu l’attention. Mais, à l’heure actuelle, nous avons tous entendu parler de l’impression 3D avec ses innombrables applications possibles, en particulier dans le domaine de la médecine

En 2015, des médecins de l’Hôpital universitaire de Salamanque, en Espagne, ont effectué la première transplantation de cage thoracique. Cette opération était en elle-même exceptionnelle, mais ce qui l’a rendue unique est le fait que la prothèse thoracique implantée avait été imprimée. Les médecins espagnols expliquent que c’est la première cage thoracique 3D au monde, fabriquée entièrement en titane. Et ils ont déjà implanté la prothèse dans la poitrine d’un patient de 54 ans atteint d’un sarcome de la paroi thoracique. Les médecins avaient auparavant enlevé des parties de la cage thoracique du patient afin d’accéder aux tumeurs présentes et empêcher une éventuelle propagation du sarcome.

La forme du squelette d’une personne étant unique, les médecins avaient décidé de créer avec une imprimante 3D une cage thoracique sur mesure qui soit une réplique exacte de celle du patient. Un scan à haute résolution de la cage thoracique du patient fut réalisée et à partir de là, des implants en titane de certaines parties du sternum et de la cage thoracique ont été imprimées. L’opération chirurgicale liée à la mise en place de la prothèse a été couronnée de succès et le patient est complètement rétabli.

Le quartet tunisien remporte le prix Nobel de la paix 2015

Source : www.nobelprize.org

Le 10 décembre 2015, à Oslo, en Norvège, Kaci Kullman Five, président du Comité Nobel norvégien, a remis le prix Nobel de la paix aux représentants du « quartet tunisien » : Hassine Abassi, secrétaire général de l’Union générale tunisienne du travail (UGTT), Mohamed Fadhel Mahfouch, président de l’Ordre national des avocats tunisiens (ONAT), Abdessatar Ben Moussa, président de la Ligue tunisienne des droits de l’homme (LTDH) et Ouided Bouchamaoui, présidente de l’Union tunisienne de l’industrie, du commerce et de l’artisanat (UTICA). Le prix a été décerné au quartet menant le dialogue national en Tunisie « pour sa contribution décisive à l’édification d’une démocratie pluraliste en Tunisie dans le sillage de la Révolution du jasmin de 2011 ».

A l’été 2013, lorsque des assassinats politiques et de graves troubles sociaux menaçaient la démocratie naissante et risquaient d’aboutir à la guerre civile, le Quartet a su mettre en place, par voie de négociations et de médiations, un processus politique alternatif et pacifique. Un système de gouvernement constitutionnel a ainsi été mis en place, garantissant les droits fondamentaux de toute la population, sans distinction de sexe, de conviction politique ou de croyance religieuse. Leur travail a été remarquable car il a démontré que le dialogue entre les citoyens, les partis politiques et les autorités pouvait engendrer des solutions consensuelles qui non seulement ont empêché la propagation de la violence en Tunisie, mais ont aussi conduit à des élections libres et à un transfert pacifique du pouvoir.

Le Comité Nobel a jugé que si le pays avait réussi à préserver les bénéfices de la Révolution du jasmin, le mérite en revenait au quartet. On a comparé la Tunisie aux pays limitrophes qui, entamant un Hiver arabe, ont perdu les bénéfices du Printemps arabe. Le Comité espère que ce prix aidera à maintenir la démocratie tunisienne, toujours en proie à des défis politiques, économiques et sécuritaires.