Birmanie : la volonté du peuple doit être respectée

Le président birman Thein Sein a déclaré qu’il accepterait que l’opposante Aung San Suu Kyi devienne la future présidente si les gens votaient pour elle à la prochaine élection en 2015 : « Qu’elle devienne un guide de la nation ne dépend que de la volonté du peuple. Si le peuple l’accepte, alors je devrai l’accepter. » Après pratiquement cinquante ans de régime militaire répressif en Birmanie, T. Sein, ancien général, a adopté une série de réformes politiques majeures depuis sa prise de fonction en 2011.

En réponse aux déclarations du président Sein, Aung San Suu Kyi a affirmé sa volonté de servir en tant que présidente. En tant que leader du parti de la Ligue nationale pour la démocratie, elle a déclaré qu’il était de son devoir d’assumer cette fonction si tel était le désir du peuple : « En tant que chef de parti politique, je dois aussi avoir le courage d’être présidente. Si c’est ce que les gens veulent, je vais le faire. » Elle a expliqué qu’une clause de la constitution nationale l’empêchait en fait de devenir présidente et que c’était l’une des nombreuses choses que son parti cherchait à changer.

[Sources : BBC, Associated Press]

Laisser un commentaire