Adsense

Afrique du Sud : lutte contre l’apartheid économique

 Desmond D’Sa, Afrique du Sud ‑ Près de 70 % de l’industrie de l’Afrique du Sud est située au sud de Durban, où vivent 300 000 personnes, pour la plupart des travailleurs à faible revenu. Les résidents du sud de Durban dans le KwaZulu­Natal y ont été déplacés de force par le régime d’apartheid afin de constituer une main‑d’oeuvre bon marché pour l’éco­nomie industrielle naissante. Ce sont les premières victimes des produits chimiques toxiques de l’industrie, dont le bassin d’activité a été tristement surnommé la « vallée du cancer ».

En 1990, Wâsteman, une grande entreprise de gestion des déchets, a ouvert un site d’enfouissement, sans consultation ni participation des collectivités locales, pour accueillir les dé­chets dangereux des usines voisines. Les produits chimiques toxiques déversés dans la décharge ont empoisonné la terre, l’eau et l’air. En 2009, la décharge de Bulbul Drive approchait de sa capacité maximale et Wasteman a présenté une demande de prolongation du bail de la décharge jusqu’en 2021.

Desmond D’Sa est né et a grandi dans la banlieue de Dur­ban. Il avait 15 ans quand ils furent déplacés, lui et sa fa­mille, par le gouvernement, les forçant à vivre à côté des usi­nes polluantes. Il trouva des emplois dans les usines de pro­duits chimiques, où il a constaté les préjudices environ­nementaux causés aux communautés locales. Ses expérien­ces, qui l’ont profondément bouleversé, conduirent D. D’Sa à devenir un défenseur de la justice environnementale. En 1996, il cofonda l’Alliance pour la communauté environ­nementale de Durban Sud (SDCEA), où il a commencé en tant que bénévole.

Lorsque le bail de Wasteman arriva à échéance, les groupes locaux ont demandé à D. D’Sa et à la SDCEA de redynamiser une campagne de longue date pour fermer la décharge de déchets toxiques pour de bon. Il a commencé à organiser les diverses communautés historiquement mar­ginalisées du sud de Durban pour les unir dans leur opposi­tion à la décharge, en utilisant des outils innovants tels que les diagrammes d’odeur et des « brigades » d’analyse de l’air. Avec ses collègues, ils ont maintenu l’attention des médias sur ce problème, en mettant les journalistes en relation avec les habitants de Durban sud affectés par la décharge.

Face à l’opposition croissante de la communauté, Waste­man a annoncé en août 2010 qu’elle retirait sa demande d’ex­tension de la décharge de déchets toxiques. En novembre 2011, la décharge fut fermée officiellement.

Dans ce qui est largement considéré comme une tentative de le faire renoncer à son combat, la maison de D. D’Sa a été incendiée par des inconnus, détruisant une grande partie de ses biens personnels et le laissant avec des brûlures et sa fa­mille profondément traumatisée. En raison des menaces constantes d’agressions, il vit séparé de sa famille.

D. D’Sa a maintenant orienté sa lutte contre l’expansion du port de Durban, un projet de 10 milliards de dollars qui entraînerait le déplacement de milliers de personnes sans compensation et aggraverait les problèmes de gestion des dé­chets, de pollution et de circulation.

Il est l’un des lauréats du Prix Goldman 2014

 

Laisser un commentaire