Des jeunes engagent des actions en justice contre le gouvernement américain

Dans le cadre d’une campagne nationale menée par des jeunes, plusieurs organismes gouvernementaux des Etats‑Unis sont poursuivis pour avoir omis de prendre des mesures adéquates en matière de change­ment climatique. Cet effort sans précédent, porté par des spécialistes du climat et des juristes, a conduit à des procès en cours au niveau fédéral ainsi que dans les 50 Etats.

Le procès au niveau fédéral a été lancé par cinq adolescents et deux associations à but non lucratif

WildEarth Gardians et Kids vs. Global Warming. Il est basé sur le principe selon lequel le gouvernement doit protéger les ressources essentielles à la survie de toutes les générations.

« Puisque les Etats‑Unis constituent le plus grand émetteur historique de dioxyde de carbone, l’équilibre de l’atmosphère ne pourra pas être rétabli sans l’action du gouvernement », déclare Julia Olson, avocate impli­quée dans le procès au niveau fédéral.

D’après la plainte déposée contre six agences fédérales américaines, dont l’Agence de protection de l’environnement et le ministère de l’Energie

« Le bien‑être des jeunes est directement affecté par l’in­capacité du gouvernement à faire face au changement climatique d’origine humaine, et à moins que le gouver­nement n’agisse immédiatement pour réduire rapide­ment les émissions de carbone, les jeunes devront faire face à des dommages irrévocables tels que l’effondrement des systèmes de ressources naturelles et un territoire en grande partie inhabitable. »

Outre la poursuite au niveau fédéral, des ac­tions ont été déposées dans les 50 Etats, avec l’aide de Our Children’s Trust, association à but non lu­cratif qui soutient les jeunes par des actions juri­diques.

« Jamais auparavant dans l’histoire, nous avons vu un ensemble coordonné d’actions en justice de cette am­pleur», a déclaré Mary Wood, professeur de droit et directrice pour le Programme juridique sur les ressources environ­nementales et naturelles à l’Université de l’Oregon.

Bien que de nombreuses actions juridiques aient déjà été lancées en matière de protection de l’eau, celles‑ci n’avaient jamais été appliquées dans le domaine climatique. D’après M. Wood : « Le raisonnement utilisé dans le cadre de la protection de l’eau s’applique également au climat car tous les deux consti­tuent des ressources essentielles à notre survie. Le but est de protéger les ressources essentielles sur lesquelles compte le public pour sa sur­vie et son bien être ; le gouvernement a une obligation de protéger ces ressources en utilisant les meilleures solutions disponibles. »

Les données scientifiques ont été fournies dans ce procès par une équipe de chercheurs à la pointe en matière climati­que, dirigée par James Hansen, scientifique retraité de la Nasa. Sur la base de ces données, l’action en justice exige que le gouvernement des Etats‑Unis réduise les émissions de car­bone à l’échelle nationale de 6 % chaque année jusqu’à ce que la concentration de CO Z dans l’atmosphère atteigne 350 par­ties par million.

J. Olson souligne que l’action en justice ne demande pas au tribunal d’imposer une action spécifique : « Nous ne deman­dons pas à la cour de préparer le plan ; c’est une distinction impor­tante. Le tribunal doit tout simplement faire valoir un droit et or­donner que la politique respecte la loi. II ne s’agit pas d’une ques­tion politique. Ce congrès ne doit pas décider si oui ou non il faut protéger notre atmosphère, parce que c’est un droit fondamental qui appartient au peuple. »

Grant Serrel, 17 ans, impliqué dans l’action en justice, a déclaré que la suite de ce procès aura un impact direct sur les générations futures : « Notre objectif est d’obtenir d’urgence des réductions d’émissions afin que nous puissions protéger le climat pour les générations futures. Si le gouvernement n’agit pas mainte­nant, nous ne pourrons plus le faire d’ici dix ans. »

Xiuhtezcatl Roske‑Martinez, 14 ans, également engagée dans l’affaire, ajoute : « Il est important que les jeunes de ce pays rappellent à nos représentants que leur but principal est de protéger les gens. Nous avons un mot à dire au sujet du monde dont nous allons hériter. »

[Source : america.aljazeera.com ]

 

Laisser un commentaire