Indonésie : se protéger des plantations d’huile de palme

 Rudi Putra, Indonésie ‑ Dès son adolescence passée dans la ré­gion d’Aceh dans le nord de Sumatra, Rudi Putra montrait un intérêt précoce pour la nature et les animaux. Il a étudié la biologie de la conservation et s’est passionné pour le rhinocé­ros de Sumatra, le représentant le plus petit ‑ et le plus me­nacé d’extinction de la famille des rhinocéros.

R. Putra est devenu chercheur spécialisé dans la direction d’équipes de protection des rhinocéros et l’organisation d’ex­péditions sur le terrain pour traquer les braconniers dans l’écosystème du Leuser (Parc national du Gunung Leuser). Cette forêt de 2,6 millions d’hectares, protégée par le gouver­nement fédéral, est l’une des dernières zones de l’habitat na­turel du rhinocéros de Sumatra. R. Putra s’est rendu compte qu’en plus de la lutte contre le braconnage, son travail ne se­rait pas complet sans aborder une menace beaucoup plus grande dépassant rapidement la conservation : la destruction de l’habitat par les plantations illégales d’huile de palme.

La demande croissante dans le monde entier pour l’huile de palme, additif omniprésent dans de nombreux produits, de la restauration aux cosmétiques, entraîne une augmentation sans précédent de la déforestation en Indonésie. Malgré un moratoire sur le déboisement, une grande partie de la dispari­tion de la forêt est le fait de plantations illégales qui se sont imposées dans ces zones protégées grâce aux pots de vin et à la corruption endémique du gouvernement.

Avec le soutien des collectivités locales, R. Putra s’est rapproché de la police locale pour faire appliquer les lois de protection des terres et faire fermer les plantations illégales. Il a également approché les propriétaires de plantations d’huile de palme et leur a rappelé que leurs actions enfrei­gnaient la loi. Après que R. Putra leur ait montré les mar­quages délimitant les zones protégées, certains propriétaires ont volontairement fermé des plantations et donné la terre au gouvernement afin que R. Putra et ses collègues puissent effectuer le travail de restauration.

Le travail de sensibilisation soutenu et les négociations stratégiques menées par R. Putra ont entraîné le démantèle­ment de plus de 1 200 hectares de plantations illégales. Les forêts restaurées ont recréé un corridor écologique critique maintenant utilisé par les éléphants, les tigres et les orangs­outans pour la première fois depuis douze ans.

R. Putra est aujourd’hui à la tête de la lutte contre une pro­position du gouvernement provincial d’Aceh qui ouvrirait de vastes étendues de forêts dans l’écosystème Leuser au déve­loppement de l’huile de palme.

En 2013, il a organisé une pétition qui a recueilli 1,4 mil­lion de signatures, afin de mettre une pression internationale sur le gouvernement indonésien pour le contraindre à appliquer ses propres lois de conservation et de rejeter la proposi­tion du gouvernement d’Aceh.

Il est l’un des lauréats du Prix Goldman 2014

 

Laisser un commentaire