Adsense

Révolution de la lecture à l’ère du téléphone mobile

 Un récent rapport de l’Unesco met en avant les bienfaits du projet Worldreader Mobile. Intitulé La lecture à l’ère du télé­phone mobile ‑ étude sur la lecture par le mobile dans les pays en développement, le rapport confirme que les barrières de longue date qui empêchaient l’accès à la lecture sont en train de tom­ber grâce à la diffusion de la technologie du téléphone mobile bon marché. Les téléphones mobiles de base disposent d’un nouveau portail à prix abordable et facile d’emploi qui per­met l’accès à du matériel d’apprentissage de la lecture. Mais il reste des obstacles. Seulement 40 % de la population mon­diale est « en ligne » et en 2013 dans les pays en développe­ment, le nombre de femmes qui accédaient à Internet était de 16 % inférieur à celui des hommes. L’inégalité géographique est particulièrement criante. Aujourd’hui en Afrique, seule­ment 7 % des ménages sont connectés à Internet, alors qu’ils sont 77 % en Europe. Bien que la technologie d’Internet par ligne fixe ait certainement contribué à l’essor de l’accès au texte, ce n’est pas une panacée. Beaucoup de personnes n’ont pas accès aux ordinateurs ni aux livres, et restent coupés de l’écrit, pourtant essentiel pour accéder à l’éducation, à l’em­ploi, et à l’engagement dans le monde.

Cette étude, fruit d’une collaboration entre l’Unesco, Nokia et l’ONG Worldreader, rassemble les résultats de re­cherches sur sept pays en développement (Ethiopie, Ghana, Inde, Kenya, Nigeria, Pakistan et Zimbabwe). Des signes montrent clairement que les bienfaits de la lecture sur mobile s’inscrivent dans la durée et sont à longue portée, avec la pos­sibilité de faire reculer l’illettrisme, améliorer l’éducation et transformer la vie des gens pour le meilleur. Des informa­tions récentes fournies par les Nations unies montrent que sur les sept milliards d’êtres humains, plus de six milliards ont maintenant accès à un téléphone mobile. En fin de compte, le téléphone mobile est la technologie d’information et de com­munication la plus omniprésente de l’histoire, et on en trouve beaucoup dans les endroits où les livres sont rares.

Alors que les téléphones mobiles sont encore principale­ment utilisés pour simplement communiquer, ils sont aussi ‑et de plus en plus ‑ un point d’entrée vers l’écrit. Pour une fraction du prix d’un livre, il est souvent possible d’accéder à ce même livre grâce à un téléphone mobile. Et cette fonc­tionnalité ne se réduit pas seulement aux smartphones aujourd’hui, même le mobile le moins cher permet aux usa­gers de lire des livres. Dans de nombreux pays en développe­ment, de plus en plus de femmes et d’hommes, de filles et de garçons lisent de nombreux livres et de nombreuses histoires sur des téléphones mobiles dont le prix de vente est inférieur à 30 dollars.

De plus, lorsque l’on observe les schémas d’utilisation de ces mobiles, on peut être optimiste quant à l’impact positif de la lecture sur téléphone mobile sur la diminution des taux d’illettrisme au sein des groupes marginalisés. En particulier, les femmes semblent utiliser les téléphones mobiles pour ac­céder à de l’écrit, bien qu’elles possèdent moins de télépho­nes mobiles.

Des sondages montrent que dans l’absolu, les lecteurs par téléphone mobile masculins sont beaucoup plus nombreux que les lecteurs par téléphone mobile féminins dans les pays sondés. En moyenne, il y a environ trois lecteurs par télé­phone mobile masculins pour une lectrice. L’écart entre les deux sexes est moindre au Nigeria et au Zimbabwe, où le ra­tio est de deux hommes pour une femme. Les écarts les plus prononcés sont en Ethiopie et en Inde, où le ratio est de neuf hommes pour une femme.

Les conclusions du rapport sont significatives. Parmi d’autres constatations, l’Unesco a remarqué que les gens li­saient davantage lorsqu’ils lisaient sur un téléphone mobile, qu’ils appréciaient de lire plus, et que les gens lisent souvent des livres et des histoires pour les enfants à partir de leur télé­phone mobile.

L’étude montre aussi que la lecture par téléphone mobile est une voie prometteuse, bien qu’encore sous employée, vers le texte. Il n’est pas utopique de penser que si chaque personne réalisait que son téléphone mobile pouvait être transformé ‑ facilement et à moindre coût ‑ en une librairie débordante de livres, les obstacles vers l’accès à la lecture tomberaient. Un nombre estimé à 6,9 milliards de mobiles permettrait un accès direct à grande échelle aux livres numé­riques.

L’étude sensibilise également les gouvernements à l’idée que les librairies numériques et les initiatives de lecture sur mobile pourraient avoir plus d’impact que l’utilisation du pa­pier traditionnel. Pour l’essentiel, cette étude pointe la lu­mière sur une nouvelle stratégie qui consiste rendre la lecture accessible aux gens qui en ont le plus besoin.

[Sources : www.worldreader.org ; www.unesdoc.unesco.orgPartage international

Des informations récentes fournies par les Nations unies montrent que sur les sept milliards d’êtres humains, plus de six milliards ont maintenant accès à un téléphone mobile.

Laisser un commentaire