Russie : préserver la nature sauvage

Suren Gazaryan, Russie ‑ Située à l’ouest du Caucase, le long de la mer Noire, la région de Krasnodar, en Russie, est l’un des écosystèmes sans équivalent les plus diversifiés d’Eu­rope. C’est également un lieu de vacances d’été apprécié des Russes, où chacun peut profiter de la nature.

Malgré l’importance environnementale de la région, un groupe de hauts fonctionnaires russes s’est emparé de vastes étendues de terres pour construire des résidences privées de luxe. Les Jeux olympiques de Sotchi, situé au coeur de cette région, ont stimulé encore plus le développement, en rédui­sant toujours plus l’accès aux terres publiques et mettant la faune en danger. En outre, la législation adoptée récemment a mis une pression énorme sur les militants écologistes russes, dont beaucoup sont contraints de s’enregistrer en tant qu’agents étrangers ou à faire face à de lourdes amendes et à des poursuites pénales.

Suren Gazaryan est l’un de ces militants de l’environne­ment, né à Krasnodar où il a étudié la biologie à l’université et pratiqué la spéléologie dans le désert local. Sa fascination pour les chauves‑souris a déterminé ses études supérieures et l’a conduit à mener une carrière de zoologiste.

Pendant qu’il effectuait des travaux de recherche dans les années 1990, S. Gazaryan constata, preuves à l’appui, que l’exploitation forestière et les constructions illégales détrui­saient l’habitat des chauves‑souris. Il s’est rendu compte qu’étudier simplement les chauves‑souris n’était pas suffi­sant : il avait la responsabilité de les protéger.

S. Gazaryan est devenu militant bénévole de l’association Surveillance environnementale du Nord Caucase (EWNC), et a commencé à travailler sur une campagne pour arrêter la construction d’un palais présidentiel somptueux sur les terres protégées par le gouvernement fédéral. Il a organisé des ma­nifestations et des pétitions, et a posté des centaines d’articles sur des blogs sous son vrai nom ‑ acte incroyablement coura­geux étant donné le contexte politique actuel. Il a également publié des séquences vidéos filmées au cours de ses inspec­tions des terres saisies illégalement.

Après deux années de campagne intensive menée par S. Gazaryan et EWNC, la réserve naturelle d’Utrish a été créée, en 2010, avec le plus haut niveau de protection offert par la législation russe, et le ministère des Affaires présiden­tielles a annoncé qu’il abandonnait les plans de construction pour le palais controversé.

S. Gazaryan a payé le prix fort pour son engagement. En 2012, il a ramassé une pierre pour se défendre lors d’une al­tercation avec trois gardes armés pendant l’inspection d’un chantier de construction illégal. Les autorités russes l’ont alors accusé d’avoir menacé de mort les gardes. Risquant une lourde peine de prison dans un système judiciaire corrompu, S. Gazaryan a été contraint de fuir en Estonie où il a reçu l’asile politique.

Il est l’un des lauréats du Prix Goldman 2014

 

Laisser un commentaire