« Ceux qui cherchent des signes les trouveront »

Signes des temps     

Des icônes qui versent des larmes
Milan, Italie ‑ Le 25 avril 2010, une icône de la Madone a versé des larmes dans la Chapelle de Saint Nicolas et Saint Ambrose, à Milan. C’est la deuxième fois en l’espace de deux ans que cette icône verse des larmes devant de nombreux témoins. La Madone est également connue comme étant Theotokos (qui a enfanté Dieu) dans la tradition orthodoxe (cette icône est d’origine orthodoxe bulgare).
 
Les responsables de l’église ne font aucune mention de la précédente occurrence du miracle, ne voulant pas attirer une attention indue sur un tel phénomène, mais de nombreuses personnes ont vu les larmes.
 
L’évêque métropolite Evloghios a confirmé officiellement que lui‑même et les autres évêques avaient été témoins du miracle, mais qu’ils s’abstenaient de faire des commentaires à ce sujet.
 
[Source : Ortodossia‑In‑Occidente, blog de l’archidiosèse de Milan]
  
 
Rhodes, Grèce ‑ En novembre 2013, une grande icône colorée de l’archange Michaël du vieux cimetière de Ialyssos, sur l’île de Rhodes, a commencé à verser des larmes.
 
De nombreuses personnes sont venues observer le miracle et l’évêque métropolitain orthodoxe de Rhodes, Kyrillos, est venu en personne mener son enquête. Il a vérifié que les larmes coulaient bien sur le visage de l’archange et a fait déplacer l’icône afin que le mur situé derrière elle soit examiné. Le mur était sec, ce qui excluait la possibilité que de l’humidité ait pu pénétrer l’icône.
 
Kyrillos a demandé à ce que l’icône soit amenée à l’Eglise de la Dormition de Theotokos, à Ialyssos, afin que le public puisse la vénérer, et pour voir si le changement d’environnement mettrait fin au phénomène.
 
Selon le vicaire de l’église, le père Apostolos, l’icône a été fabriquée en 1896 et a été récemment restaurée par le département d’Archéologie.
 
L’icône a continué à verser des larmes dans son nouvel environnement, s’arrêtant parfois mais reprenant ensuite. Et dans la première église, une seconde icône de l’archange Michaël a commencé elle aussi à verser des larmes. De grandes foules se rassemblent afin de vénérer ces icônes.
 
  
 
  Cercles de lumière sur la façade d’un immeuble rue Espérandieu, à Nîmes. Photo envoyée par Dame! Brisse.
 
En septembre 2011, la Gazette de Nîmes, un hebdo­madaire local, a publié un article d’une demi‑page sur le phénomène des cercles de lumière apparus sur des immeubles de Nîmes, déclarant qu’ils étaient aussi mystérieux que les agroglyphes.
 
 
 
 
 
 
Cercles de lumière sur un mur de Frome (G.‑B.). Photographiés le 20 juin 2014 à 17 h 30. Photo envoyée par Chris Hurn, Frome, Somerset (G.‑B.).
 
 
Cher Monsieur,
C’était en janvier 2013. J’étais en communication télé­phonique avec un ami afin de le consoler de la perte de son jeune fils. Je tentais de lui redonner espoir en lui parlant de la réincarnation, de spiritualité, etc.
Soudainement j’ai senti le taux vibratoire de la pièce monter. C’était étrange comme sensation, rapide et agréable. Comme si cela me sortait la tête de l’eau. J’ai rapidement pris deux photos des endroits d’où émanaient les vibrations. En transférant les photos sur mon PC des halos sont apparus.
Etait‑ce une manifestation des Maîtres ? Merci d’avance pour votre réponse.
Identité non communiquée, France
 
 
 
Cher Monsieur,

En revenant à Tokyo, au retour d’une présentation vidéo à Koriyama-shi, Fukushma-ken, le 19 septembre 2014, nous observâmes une crois se former dans les nuages, vers 17 h. Était-ce un signes ?

Moriyo Yamaguchi, Yumi et Osamu Tsunematsu, Tokyo, Japon

Laisser un commentaire