Urgence climatique (Extraits)

par Ignacio Ramonet, Paris, France

Du fait de la crise financière et des horreurs économiques qui assaillent les sociétés européennes, les gens oublient que le changement climatique et la destruction de la biodiversité restent les plus grandes menaces qui pèsent sur l’humanité.

Si nous ne changeons pas radicalement les modèles de production imposés par la mondialisation économique, nous atteindrons bientôt le point de non-retour au-delà duquel la vie humaine sur la planète deviendra graduellement invivable.

En l’espace de cinquante ans, le nombre d’habitants sur Terre a été multiplié par 3,5, la majorité vivant dans les villes. Dans le même temps, les ressources de la planète n’augmentant pas : que se passera-t-il lorsque la pénurie de certaines ressources naturelles s’aggravera?

Au cours de la dernière décennie, cent cinquante millions de personnes sont passées au-dessus du seuil de pauvreté. Certes, il faut s’en réjouir. Mais cela entraine de graves responsabilités pour nous tous; car, vu le modèle consumériste dominant, la sortie de grands nombres d’individus de la pauvreté est incompatible avec la survie de l’humanité.

Notre planète ne dispose pas de ressources énergétiques suffisantes pour que la totalité de la population mondiale les utilise sans frein. Pour que les sept milliards d’habitants consomment l’énergie au même rythme que l’Européen moyen, il faudrait les ressources de deux planètes Terre, et les ressources de trois planètes si on voulait que soit étendu au monde entier le rythme de la consommation américaine…

Si nous voulons éviter le changement climatique et défendre l’humanité, il est urgent de renoncer å la logique de la croissance permanente qui est invivable, et d’adopter une voie conduisant à une réduction raisonnable de la croissance…  [Source : IPS]

 

Laisser un commentaire