Le quartet tunisien remporte le prix Nobel de la paix 2015

Source : www.nobelprize.org

Le 10 décembre 2015, à Oslo, en Norvège, Kaci Kullman Five, président du Comité Nobel norvégien, a remis le prix Nobel de la paix aux représentants du « quartet tunisien » : Hassine Abassi, secrétaire général de l’Union générale tunisienne du travail (UGTT), Mohamed Fadhel Mahfouch, président de l’Ordre national des avocats tunisiens (ONAT), Abdessatar Ben Moussa, président de la Ligue tunisienne des droits de l’homme (LTDH) et Ouided Bouchamaoui, présidente de l’Union tunisienne de l’industrie, du commerce et de l’artisanat (UTICA). Le prix a été décerné au quartet menant le dialogue national en Tunisie « pour sa contribution décisive à l’édification d’une démocratie pluraliste en Tunisie dans le sillage de la Révolution du jasmin de 2011 ».

A l’été 2013, lorsque des assassinats politiques et de graves troubles sociaux menaçaient la démocratie naissante et risquaient d’aboutir à la guerre civile, le Quartet a su mettre en place, par voie de négociations et de médiations, un processus politique alternatif et pacifique. Un système de gouvernement constitutionnel a ainsi été mis en place, garantissant les droits fondamentaux de toute la population, sans distinction de sexe, de conviction politique ou de croyance religieuse. Leur travail a été remarquable car il a démontré que le dialogue entre les citoyens, les partis politiques et les autorités pouvait engendrer des solutions consensuelles qui non seulement ont empêché la propagation de la violence en Tunisie, mais ont aussi conduit à des élections libres et à un transfert pacifique du pouvoir.

Le Comité Nobel a jugé que si le pays avait réussi à préserver les bénéfices de la Révolution du jasmin, le mérite en revenait au quartet. On a comparé la Tunisie aux pays limitrophes qui, entamant un Hiver arabe, ont perdu les bénéfices du Printemps arabe. Le Comité espère que ce prix aidera à maintenir la démocratie tunisienne, toujours en proie à des défis politiques, économiques et sécuritaires.

Laisser un commentaire