La compassion peut-elle faire changer d’avis ?

Source : The Guardian ; The Observer, Royaume-Uni

En février 2017, le gouvernement britannique est revenu sur l’amendement Dubs, qui visait à autoriser l’entrée dans le pays de 3 000 enfants réfugiés.

Alfred Dubs, maintenant membre de la Chambre des Lords du Royaume-Uni, est arrivé en 1939 en Grande-Bretagne dans le cadre du programme « kindertransport » qui a permis à des milliers d’enfants de fuir l’Allemagne nazie sans leurs parents. Comme beaucoup de ces enfants, lord Dubs a prospéré pour devenir finalement membre du parlement britannique au sein du parti travailliste. En souvenir de cette époque et en remerciement au gouvernement britannique, il a présenté au Parlement un amendement pour faire entrer au pays des enfants laissés seuls après le démantèlement du camp de réfugiés de Calais (France), d’où beaucoup avaient effectués des tentatives désespérées pour franchir la Manche.

L’amendement de Lord Dubs recueillait un énorme soutien tant au Parlement qu’à travers le pays. Comme partout ailleurs dans le monde, la crise des réfugiés a inspiré la compassion et l’altruisme. Mais de manière inattendue, le gouvernement britannique a fait savoir qu’il avait l’intention d’abandonner ce programme après que 350 enfants aient été accueillis dans des familles.

Cette décision, à l’encontre de celle du Parlement, a provoqué un tollé général, y compris de la part de membres du parti conservateur au pouvoir et de l’archevêque de Canterbury, chef de l’Eglise d’Angleterre. La voix du peuple se fait entendre.

Lord Dubs lui-même a fortement critiqué cette nouvelle décision. Le 11 février, il a remis au domicile du premier ministre une pétition signée par environ 50 000 personnes. « Si ce n’est pas impossible, il doit y avoir un moyen de le faire, a-t-il déclaré. L’annonce du secrétaire d’Etat est une très mauvaise nouvelle pour des enfants très vulnérables en France, en Grèce et en Italie. Je suis choqué, je n’arrive pas à croire que le gouvernement puisse reculer de cette façon. »

Un appel contre l’abandon du programme Dubs a été introduit auprès de la Haute Cour par l’association Help Refugees (Aide aux réfugiés). Le verdict est attendu en mai. Pour certains de ces enfants, la décision tombera trop tard. Lord Dubs a déclaré : « Nous voulons que le gouvernement revoie sa position qui consiste à ne pas accepter plus de 350 enfants dans le cadre de l’amendement. Je pense que c’est une mauvaise décision. Il y a des milliers de réfugiés non accompagnés qui souffrent beaucoup en Grèce, en Italie et en France. Le gouvernement n’a pas donné plus d’explications. Je pense qu’il refuse ses responsabilités et qu’il agit à l’encontre de l’opinion publique et de celle du Parlement. »

De son côté, l’archevêque de Canterbury a écrit : « A notre gouvernement nous disons : Réfléchissez-y à nouveau et honorez vos meilleurs penchants. »

Laisser un commentaire