Adsense

Le pape François : Le retour du Christ

Le pape François a commenté la lecture de l’Evangile selon saint Luc dans lequel Jésus dit à ses disciples de ne pas s’occuper des choses de ce monde, mais de travailler pour le royaume de Dieu, et d’amasser des trésors dans le ciel. « Car, dit-il, là où est votre trésor, là aussi se trouve votre cœur. » Dans les trois paraboles suivantes, dont le thème commun est la vigilance, Jésus parle du retour du Christ. Le retour inattendu du Maître de maison, le voleur dans la nuit, et la conduite du régisseur à la suite du départ de son Maître, chacune de ces paraboles souligne pour nous le besoin d’être en éveil, vigilant, et de faire très attention à notre devoir de service envers les autres, tandis que nous attendons le Second Avènement, lequel est certain, mais dont nous ne pouvons connaître l’heure.
Le pape a poursuivi : « Jésus aujourd’hui nous rappelle que l’attente d’une béatitude éternelle ne nous dispense pas de notre responsabilité de travailler pour un monde plus juste et plus vivable. En effet, c’est précisément cela, notre espoir de posséder le Royaume de l’éternité, qui nous encourage à travailler à améliorer les conditions de vie sur la Terre, spécialement celles de nos frères et sœurs les plus faibles. » (Angélus du 7 août 2016, place St-Pierre à Rome)
[Source : radiovaticana.va]

Prendre soin de toute création
«  Avec ce message, en ce jour dédié à la Création, je renouvelle le dialogue avec chaque personne qui habite cette planète, au sujet des souffrances qui affligent les pauvres et de la dévastation de l’environnement. Dieu nous a fait don d’un jardin luxuriant, mais nous sommes en train de le transformer en une étendue polluée de « décombres, de déserts et d’immondices ». Nous ne pouvons pas nous résigner ou rester indifférents à la perte de la biodiversité et à la destruction des écosystèmes, souvent provoquées par nos comportements irresponsables et égoïstes. A cause de nous, des milliers d’espèces ne rendront plus gloire à Dieu par leur existence même, et ne pourront plus nous communiquer leur propre message. Nous n’en avons pas le droit.
La planète continue à se réchauffer, en partie à cause de l’activité humaine : 2015 a été l’année la plus chaude jamais enregistrée et probablement 2016 le sera encore plus. Cela provoque sécheresses, inondations, incendies et événements météorologiques extrêmes toujours plus graves. Les changements climatiques contribuent aussi à la crise poignante des migrants forcés. Les pauvres du monde, qui sont aussi les moins responsables des changements climatiques, sont les plus vulnérables et en subissent déjà les effets.
Comme l’écologie intégrale le met en évidence, les êtres humains sont profondément liés les uns aux autres et à la création dans son ensemble. Quand nous maltraitons la nature, nous maltraitons aussi les êtres humains. En même temps, chaque créature a sa valeur propre intrinsèque qui doit être respectée. Ecoutons « tant la clameur de la Terre que la clameur des pauvres », et cherchons à comprendre attentivement comment pouvoir assurer une réponse adéquate et rapide. »
(Discours du pape à l’occasion de la journée mondiale de prière pour la sauvegarde de la Création, 1er septembre 2016)
[Sources : www.cruxnow.com  ; The Guardian, G.-B.]

Laisser un commentaire