Les mystères de l’énergie sombre (extraits)

par Elisa Graf

Dans son essai intitulé Comment je vois le monde, Albert Einstein écrit : « La plus belle chose que nous puissions éprouver, c’est le côté mystérieux de la vie. C’est le sentiment profond qui se trouve au berceau de l’art et de la science véritables. »

Aujourd’hui, un mystère d’une ampleur sans précédent déconcerte les scientifiques du monde entier : ce qu’ils appellent l’énergie sombre.

Dans un article du Guardian, le journaliste Stuart Clark écrit : « Une écrasante majorité d’astronomes croient en l’existence de l’énergie sombre – et par conséquent ils sont ouverts à une révision complète des principes de la physique moderne. » Pourtant, ajoute-t-il, « personne ne sait en quoi consiste cette énergie ».

Selon les chercheurs, l’univers est fait à 95 % d’énergie sombre et de matière noire. Comme son nom l’indique, l’énergie sombre ne produit pas de lumière ; elle ne rend pas les étoiles et les planètes visibles. Elle est également trop faible pour être mesurée, mais son accumulation sur des milliards d’années-lumière la rend décelable. Bien que l’on sache depuis les années 1920 que l’univers est en expansion continue, S. Clark explique que les effets de l’énergie sombre n’ont été découverts qu’en 1998, lorsque deux études indépendantes ont montré que l’expansion de l’univers s’accélère, ce qui indique la présence d’une force inconnue faisant pression sur les galaxies. Les scientifiques prévoyaient au contraire un ralentissement de l’expansion de l’univers, à cause de l’effet de frein produit par la gravitation. Cette constatation de l’accélération de l’expansion de l’univers a donc été un choc.

Mais que savons-nous de cette force mystérieuse ? Selon le professeur William Reville, la principale hypothèse est que l’énergie sombre est une propriété de l’espace vide lui-même et cette hypothèse est davantage compatible avec la preuve astrophysique que les deux autres.

Le site web de la Nasa rappelle que c’est Albert Einstein qui a le premier posé l’hypothèse selon laquelle l’espace vide – l’espace entre les étoiles et les galaxies – n’est pas réellement vide, et que « l’espace a des propriétés étonnantes, dont beaucoup commencent à peine à être comprises. La première propriété qu’Einstein a découverte est que davantage d’espace peut toujours être créé. » Comme le dit W. Reville : « Le vide est en fait une mer bouillonnante de paires virtuelles de particules et d’antiparticules qui apparaissent spontanément et disparaissent tout aussi vite en s’annihilant les unes les autres. » Le site de la Nasa observe que si l’on se réfère à la théorie de la gravitation d’Einstein, en particulier la version qui intègre une constante cosmologique, « l’espace vide peut posséder sa propre énergie. Et comme cette énergie est une propriété de l’espace lui-même, elle ne diminue pas lorsque l’espace se dilate. Et comme davantage d’espace se crée, davantage de cette énergie de l’espace apparaît également. C’est cette énergie qui permettrait à l’univers de croître de plus en plus vite. »

Lire la suite dans Partage international

Laisser un commentaire