Adsense

Conférence des Nations unies sur le désarmement nucléaire

UN News ; The Guardian, Royaume-Uni

Du 27 au 31 mars 2017, au siège des Nations unies à New York, une conférence a été organisée pour négocier un instrument juridiquement contraignant afin d’interdire les armes nucléaires.

La majorité des nations à l’Onu – plus de 123 – ont voté en faveur de négociations pour proscrire les armes nucléaires, mais un tel traité d’interdiction n’a aucun soutien de la part des États qui possèdent effectivement des armes nucléaires. Les neuf États nucléaires connus : États-Unis, Chine, France, Grande-Bretagne, Russie, Inde, Pakistan, Israël et Corée du Nord, s’opposent tous à un traité d’interdiction.

Kim Won-soo, haut représentant des Nations unies pour les questions de désarmement, a exprimé l’espoir qu’un tel instrument renforcerait le traité de non-prolifération nucléaire, et qu’il permettrait à la fois de se rapprocher de l’élimination totale des armes nucléaires et de l’objectif ultime de désarmement général et complet. Selon les estimations de 2016, plus de 15 000 ogives nucléaires subsistent au niveau mondial ; il s’agit d’une réduction considérable par rapport aux stocks datant de la guerre froide, mais le rythme de la réduction a ralenti ces dernières années et les préoccupations augmentent en raison de la référence permanente aux armes nucléaires dans les doctrines officielles de sécurité et de la poursuite des programmes de modernisation et d’amélioration de ces armes.

Kim Won-soo a reconnu que les questions de désarmement n’occupaient plus la scène internationale et que le grand public semblait s’en désintéresser : « Nous devons trouver une nouvelle façon de motiver le public pour les questions de désarmement, comme cela avait été fait par rapport au changement climatique qui constitue une menace existentielle pour l’humanité. La possession d’armes nucléaires, liée à la menace de leur utilisation, est fondamentalement incompatible avec les aspirations communes de l’humanité à la paix et à la sécurité, a-t-il déclaré. Une course à l’armement « nouvelle et déstabilisante » pourrait exacerber les tensions régionales et mondiales. »

Une deuxième conférence aura lieu aux Nations unies, à New York, du 15 juin au 7 juillet 2017.

Laisser un commentaire