La solution à deux États, unique garantie pour la paix

Le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, a critiqué l’établissement illégal des colonies israéliennes en territoire palestinien, qu’il a qualifié d’« obstacle majeur » pour parvenir à une solution à deux États et à la paix avec les Palestiniens. « Il n’y a pas de plan B à la solution à deux États », a-t-il commenté après avoir rencontré le premier ministre palestinien Rami Hamdallah en Cisjordanie, à Ramallah.
« Une solution à deux États, mettre fin à l’occupation, créer les conditions pour en finir avec la souffrance du peuple palestinien sont les seules options pour garantir une paix durable », a-t-il ajouté. Cette déclaration fait suite au serment exprimé la veille par le premier ministre israélien, Benjamin Netanyahou, de ne jamais démanteler une seule colonie en Cisjordanie, peu de jours après la visite de diplomates de la Maison Blanche dans la région pour relancer les pourparlers avec les Palestiniens. « Nous sommes revenus ici pour de bon, avait déclaré B. Netanyahou. Il n 3′ aura plus de démantèlement de colonie en terre d’Israël. Les colonies ne seront pas déplacées. »
En réponse à B. Netanyahou, A. Guterres a affirmé devant les journalistes que l’État d’Israël comme les Palestiniens devaient s’abstenir de faire quoi que ce soit qui diminuerait les chances d’un accord pacifique. Il commente : « Nous pensons que le processus de colonisation est illégal au regard du droit international et qu’il est un obstacle à la paix. De toute évidence, nous sommes en désaccord avec ce qui a été déclaré [par B. Netanyahou]. »
Face à une équipe diplomatique américaine qui mettait trop de temps à répondre de sa position sur les questions de colonies israéliennes et sur la solution à deux États, le premier ministre palestinien a exprimé sa frustration. Il a expliqué qu’il n’y avait pas d’engagement clair des Etats-Unis pour mettre fin à la colonisation illégale, et il en résulte que celle-ci continue et les Palestiniens continuent à perdre des terres.
R Hamdallah a aussi appelé l’Onu à « protéger le peuple palestinien et les lieux saints islamiques » des violations israéliennes récurrentes.
[Sources : theguardian.com ; aljazeera.com]

Laisser un commentaire