Vers un monde sans plastique

La scène grotesque où l’on voit 38 millions de morceaux de plastique qui envahissent les plages de l’île de Henderson, une île inhabitée située dans le récif corallien du Pacifique, nous a tristement rappelé le fléau des plastiques qui envahissent les océans. En juin 2017, la Marine Conservation Society (MCS) a lancé son « défi du plastique » afin d’alerter l’opinion sur l’urgence de réduire notre consommation et notre dépendance au plastique.
Au Royaume-Uni, il existe de grandes différence entre les comtés quant aux obligations de recyclage des plastiques. Les recycleurs consciencieux s’alarment des quantités de plastique qu’ils n’arrivent pas à recycler. Par exemple, en Ecosse, les résidents disposent de cinq poubelles pour le recyclage et peuvent recycler les brosses à dent et les couvercles de pots de yaourt, alors que dans le Nord du Yorkshire les gens ne peuvent même pas recycler du plastique noir.
Selon la MCS, pour relever le défi du plastique il faudrait arriver à contrôler les quantités de plastique qui sont jetées chaque semaine, en séparant ce qui peut être recyclé du reste. Siobhan McCready, habitante du Nord du York a été horrifiée de constater que tant de plastique s’accumulait en l’espace d’une semaine. « Ma pile de matières plastique non recyclables était beaucoup plus haute que ma pile de recyclable et je réalisais que tout ceci allait se retrouver quelque part dans un dépotoir. C’est complètement absurde et triste en même temps »
Ne plus acheter de denrées alimentaires emballées dans du plastique lui a permis de réduire sa consommation de plastique d’environ 25 %. Toutefois, Siobhan a dut admettre qu’en contrepartie, ses émissions de CO2 augmentaient. « J’ai été obligée d’aller en voiture dans différents endroits pour ne pas acheter d’articles emballés dans du plastique. Et cela m’a fait perdre pas mal de temps ».

Laisser un commentaire