Revenu universel de base : le débat continue

Par Saku Mättö

Philippe van Parijs, chercheur pionnier du revenu universel de base (RUB), écrivait en 1990 dans un article précurseur qu’« un revenu universel est un don accordé à chaque citoyen, sans condition de situation professionnelle ou familiale, de performance ou de disponibilité au travail. En d’autres termes, c’est un revenu individuel minimum et garanti, donné sans examen de ressources ou condition de travail. » Cette « condition de travail » est l’un des points les plus polémiques autour du RUB.

Une crainte répandue, celle de la peur d’une inflation provoquée par le RUB, devrait être dissipée, à en croire Dylan Matthews de Vox, un média web d’information et d’opinion. En effet, une étude de long terme au Mexique n’a pas montré de réaction inflationniste. Selon D. Matthews : « Cette étude montre que le revenu universel et les politiques similaires permettent d’augmenter le niveau de vie, sans rendre les produits plus chers. »

Le revenu universel de base (RUB) dans le monde

Finlande : 560 euros par mois. Le RUB  a été mis en place par le gouvernement finlandais sur un panel de 2 000 personnes en 2017. Il a deux ans d’expérience

Italie : 450 euros par mois. RUB mis en place en 2016 par le gouvernement. Au début pour 100 personnes à Livono puis a été développé en 2017.

Kenya : 18,50 euros mensuels par personne. Financé par une ONG, Give Direcly, sur 40 villages sur une période de 12 ans.

Ouganda : 15 euros par mois par adulte et 7,50 euros par enfant pour 50 foyers sur une période de 2 ans.

Le revenu universel de base est un filet de sécurité pour l’avenir.
[source : iq2us.org)]

Avec le large débat en cours au sujet du RUB, plusieurs pays ont mis en place des expérimentations variées pour tester le revenu universel ou des systèmes similaires.

Depuis plusieurs années, Israël a mis en œuvre un « impôt négatif sur le revenu » conçu pour aider les travailleurs à très petit revenu. Peu de personnes étaient éligibles à cette subvention basée sur le revenu moyen mensuel de l’année fiscale précédente. En 2016 son accès a été étendu pour couvrir de nouveaux groupes, augmentant ainsi significativement le nombre de personnes qui la reçoivent. Un système similaire a été mis en place sur l’île Maurice depuis juillet 2017, où l’individu doit travailler cinq jours par semaine pour être éligible.

Une approche différente est tentée en Finlande où un test pilote sur l’année fiscale 2017-2018 voit deux mille personnes recevoir 560 euros non-imposables par mois, sans condition. Les participants ont été tirés au sort parmi les chômeurs de longue durée âgés de 25 à 58 ans…

Lire la suite

Références : studylib.net/doc/5804252 ; taxinisrael.blogspot.com ; kela.fi/web/en/ ; independent.co.uk ; admin.ch ; sewabharat.org ; cn.undp.org

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.