Canada: Share International au Parlement des religions du monde

Le Parlement des religions du monde, le plus ancien, le plus grand, le plus diversifié et le plus complet rassemblement du mouvement interconfessionnel mondial, a tenu son septième colloque à Toronto (Canada), du 1er au 7 novembre 2018. Des collaborateurs de Share International des Etats-Unis et du Canada y ont participé, en tenant un stand dans la salle d’exposition du Parlement. Ils ont eu des conversations et des échanges fructueux avec des visiteurs de partout dans le monde. Des collaborateurs de SI ont présenté une conférence intitulée L’éveil de l’humanité les droits communautaires, le pou­voir des peuples et l’émergence des grands instructeurs, et ont en­suite animé une séance de questions et réponses.

Inauguré en 1893, le Parlement a été créé pour cultiver l’harmonie entre les communautés religieuses et spirituelles mondiales et favoriser leur engagement dans le monde et ses institutions dirigeantes en vue de parvenir à un monde juste, pacifique et durable. Intitulé : La promesse du partage et le pou­voir de l’amour, la poursuite de la réconciliation mondiale et du changement, la rencontre de 2018 devrait attirer plus de 10 000 participants de 80 pays, représentant 200 milieux spirituels uniques. Plus de 500 programmes et événements ont été pré­sentés, couvrant six grands thèmes : La dignité des femmes ; Combattre la guerre, la haine et la violence; Action climat; Peuples autochtones ; La prochaine génération ; Justice. Parmi les 900 conférenciers se trouvaient des chefs religieux des traditions religieuses et spirituelles du monde entier, des universitaires, des militants et des personnalités comme Vandana Shiva, Da­vid Korten, Karen Armstrong et Christiana Figueres.

Les participants de cette année, on souvent mentionné l’omniprésence d’un sentiment de bonne volonté, d’amour et d’unité semblant imprégner l’événement. Un collaborateur de SI a noté : « L’énergie d’ouverture et de respect pour toutes les perspectives religieuses et spirituelles était évidente dès le premier jour, d’une manière qui semblait unique. En me rendant sur les autres stands de divers groupes confessionnels et philosophiques et en partageant notre message sur le stand de Share International, j’ai été accueilli avec enthousiasme et, très souvent, avec gratitude, pour notre vision positive de l’avenir, particulièrement par les jeu­nes. Un certain nombre de ceux qui avaient entendu notre message ont amené d’autres personnes à notre stand pour qu’elles puissent en apprendre davantage. J’ai commencé à réaliser que ce que je vivais était l’énergie de la reconnaissance inconditionnelle et de l’amour. Cette énergie d’amour a semblé couler tout au long de la semaine. Ce fut particulièrement perceptible lors des séances plé­nières où des centaines de personnes étaient rassemblées. »

En plus d’un esprit communautaire stimulant et joyeux, le Parlement a également présenté de nombreux débats et su­jets « laïques », ainsi que des occasions de s’informer davantage sur les initiatives locales et les projets de transformation du monde, par exemple ceux qui visent à guérir les traumatismes du passé et à résoudre les crises actuelles.

Un autre collaborateur de SI raconte « Au cours de nom­breuses interventions, on a exprimé des préoccupations humanitaires réelles et urgentes qui ne semblent pas avoir de solution facile, comme le changement climatique, le sort des réfugiés, les génocides récur­rents, la montée des Etats autoritaires et l’effondrement de la démo­cratie dû au manque de fibre morale. » Maude Barlow, militante canadienne des droits relatifs à l’eau, a fait remarquer que, conjuguée à l’espoir et à l’attente, la forme-pensée prépondé­rante pendant la semaine du Parlement était un message fort à garder présent à l’esprit « Ce dont le monde a besoin maintenant, c’est d’une population éduquée et impliquée. »

Revue Partage International, décembre 2018

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.