Un bébé naît avec un Coran dans la main

Le 7 mai 2012, à Ejigbo, dans la banlieue de Lagos (Nigeria), un petit garçon est né tenant un minuscule Coran dans la paume de la main. La mère, Kikelomo Ilori, une chrétienne non mariée, avait essayé d’avorter plusieurs fois après que le père musulman de son enfant l’ait abandonnée. Elle déclara « qu’un prophète lui avait conseillé de ne pas interrompre sa grossesse » car l’enfant qu’elle portait « était unique ». Son Eglise lui avait également conseillé de ne pas pratiquer cet avortement par crainte pour sa santé. Elle renonça donc à avorter et sa grossesse évolua normalement. Le bébé est né après terme, au cours du onzième mois, et oh surprise ! : il tenait un minuscule Coran couvert d’une matière plastique étanche. La sage-femme, Victoria Moses, déclara qu’elle avait pratiqué de nombreux accouchements mais qu’elle n’avait jamais rien vu de pareil : « Je vous le dis, c’est Dieu qui a fait naître ce bébé. »

Alhaji Ashimuyu Omotosho, érudit et imam, a déclaré que c’était l’œuvre de Dieu, et il a ajouté : « Ce qui est surprenant est que la famille de Kikelomo est chrétienne. Cela montre que devant Dieu nous sommes tous Un, mais que lorsque nous venons au monde, nous choisissons et empruntons tous des chemins différents. »

Des foules immenses se rassemblent devant la maison du bébé Abdul en clamant « Allahu Akbar » pour célébrer ce miracle. Le leader de la Société nationale nigérienne islamique Ansarul, qui à présenté l’enfant à une délégation officielle, a noté que c’était « un signe qui annonçait que de bonnes choses allaient se produire dans le pays. »

[Source : www.vanguardngr.com]

Le pouvoir du peuple et le phénomène ovni

Commentant le grand nombre de manifestations du pouvoir populaire ces dernières années, Arjun Walia du website collective-evolution.com a déclaré : « C’est une chose que la planète Terre n’a jamais vue auparavant. Les gens se réveillent et se lèvent à grande échelle contre ce qui ne leur convient plus. Maintenant, des manifestations de masse se produisent au Brésil, pour en nommer une. Des personnes se rassemblent de partout.

Le phénomène ovni n’est pas différent, et semble coïncider avec cet éveil de masse qui émerge. Le nombre de témoignages sur les ovnis continue d’augmenter exponentiellement tous les mois tandis que la conscience de la race humaine continue de se développer et de s’accroître. »

A. Walia conclue : « En fin de compte, c’est à nous de choisir quelle direction nous voulons prendre. Soit avancer, grandir et prospérer dans un lieu d’amour, de paix, de coopération et de compréhension, ou pas. Si nous choisissons la première solution, peut-être continuerons-nous d’attirer des amis « haut placés » qui ressentent les choses comme nous […] Nous ne sommes pas seuls. Peut-être d’autres là-haut veulent nous voir changer le monde et vivre d’une façon plus harmonieuse avec chacun, avec la planète et tous les êtres qui y résident. »

[Source : www.collective-evolution.com ]

Vague de protestations à travers les Balkans

Une vague de protestations a balayé les Balkans en 2013. Les gens sont descendus dans les rues pour dénoncer les abus de pouvoir, la corruption, les politiques gouvernementales inadéquates et pour réclamer de nouvelles initiatives, d’autres politiques, une plus grande transparence et la responsabilisation de leurs gouvernants.

En Bosnie, pour la première fois en vingt ans, les gens ont commencé à protester contre l’absence de réglementation pour l’enregistrement des naissances qui provoque des difficultés au moment de la déclaration des nouveau-nés. Armés de landaus, de tambours et de sifflets, ils ont lancé « la révolution des bébés » qui s’est déroulée tout au long de l’été.

Depuis plus de deux mois, des milliers de personnes ont manifesté à Sofia (Bulgarie), en bloquant les rues autour du Parlement pour exiger de nouvelles élections. Cette vague de protestations a été déclenchée par la nomination controversée d’un magnat de la presse comme chef de la sécurité nationale. Les gens ont protesté cinq jours au terme desquels le premier ministre, Plamen Orsharski, s’est excusé devant le Parlement pour cette nomination en déclarant : « J’ai fait une erreur politique pour laquelle je m’excuse, non seulement auprès de vous, mais aussi auprès des milliers de personnes qui sont descendues dans les rues pour protester. » Les manifestations continuent pour réclamer sa démission et de nouvelles élections.

En Roumanie, des protestations ont lieu depuis 2013 : les gens sont dans les rues afin de réclamer la démission du gouvernement pour cause d’incompétence et de négligence. En Croatie et en Macédoine, des manifestations spontanées ont porté sur des questions locales.

[Sources : www.presseurop.eu  ; Reuters]


Chine : multiplication des manifestations contre la pollution industrielle

Après une manifestation de plus d’un millier de personnes, des responsables de la ville méridionale chinoise de Heshan ont annoncé qu’ils annulaient le projet d’installation d’une usine de traitement de l’uranium estimé à six milliards de dollars. L’installation devait fournir du combustible nucléaire pour les centrales nucléaires existantes et à venir en Chine.

D’après Associated Press, la décision des autorités locales d’annuler le projet est venue après que des manifestants aient défilé dans les rues de la ville voisine de Jiangmen en portant des banderoles et en scandant des slogans tels que « Rendez-nous nos maisons, nous sommes contre les radiations nucléaires. »

Les manifestants étaient particulièrement préoccupés car le site proposé pour l’usine était à moins de 30 km du centre de la ville, a rapporté China Daily. L’arrêt de ce projet fait suite à d’autres mouvements populaires similaires en Chine. En mai 2013, des manifestations à Shanghai ont forcé une entreprise de fabrication de batteries d’annuler les projets de construction d’une usine près de la ville. Après les manifestations d’octobre 2012, les responsables locaux dans la ville orientale de Ningbo ont bloqué les projets d’une société qui voulait produire un produit chimique toxique dans son usine locale. En juillet 2012, après que des milliers de personnes aient manifesté, le gouvernement de la ville de Nantong a bloqué le projet d’un pipeline qui devait servir à déverser dans la mer les déchets provenant d’une usine de papier.

[Sources : Associated Press ; China Daily ; Bloomberg News]

Etats-Unis : manifestations pour une justice sociale

En août 2013, des manifestations ont eu lieu dans dix villes des Etats-Unis contre la cupidité des entreprises et les coupes budgétaires du gouvernement fédéral dans les programmes sociaux. Sur le thème de la « Lutte contre le mal dans l’entreprise », des rassemblements ont été organisés par l’association National People’s Action à New York, Chicago, Los Angeles et d’autres villes. Les manifestants ont exigé que le Congrès vote un « budget du peuple » basé sur le maintien des services publics essentiels et que les entreprises paient leur juste part d’impôts.

[Source : www.commondreams.org]

Une marche sur Washington

Des dizaines de milliers de personnes se sont rassemblées à Washington, le 24 août 2013, pour commémorer le 50 e anniversaire de la Marche sur Washington, où Martin Luther King avait prononcé son discours « I Have a Dream ». La marche de 1963 pour le travail et la liberté avait été organisée pour protester contre la pauvreté, le chômage, la discrimination raciale et les inégalités. Les orateurs de la manifestation de 2013 ont souligné que si des progrès ont bien été réalisés au cours des cinquante dernières années, de nombreux aspects du rêve de Martin Luther King au sujet de la justice économique et sociale restent à venir – notamment la réduction des disparités économiques, la protection du droit de vote, la diminution des violences armées et l’égalité devant la loi.

[Sources : www.commondreams.org, USA Today, Etats-Unis]

Ovni survolant Val Pescara en Italie

Un objet brillant en forme de diamant a été aperçu survolant Val Pescara (Italie), le 5 août 2013. (YouTube : IntelligenceAstro)

Une statuette égyptienne tourne sur elle-même

Le musée de Manchester (G.-B.) est devenu mondialement célèbre pour le mystère de sa statuette égyptienne qui tourne sur elle-même. En février 2013, Campbell Price, l’égyptologue du musée, a remarqué que la statuette vieille de 4 000 ans avait mystérieusement fait un demi-tour. « J’ai remarqué qu’elle s’était retournée. J’ai trouvé cela étrange car elle est dans une vitrine dont je suis le seul à avoir la clé. Je l’ai remise en place, mais le lendemain, elle s’était de nouveau retournée. Même si on ne voit rien à l’œil nu, sur la vidéo en accéléré on la voit clairement tourner sur elle-même. »

Sur la vidéo accélérée, on voit la statuette se retourner de 180° en l’espace de trois jours, dans sa vitrine de verre fermée à clef. Les scientifiques et les commentateurs avancent plusieurs théories pour tenter d’expliquer le phénomène. Certains prétendent que, le mouvement ne se produisant que la journée, c’est la base irrégulière de la statuette et les vibrations des pas des visiteurs et du trafic routier extérieur qui provoquent la rotation de la statuette. Selon une autre théorie, la rotation serait provoquée par une « friction différentielle ». C. Price observe que « cela n’explique pas pourquoi les objets voisins n’ont pas bougé d’un pouce ou pourquoi la statue a soudainement commencé à se déplacer après être restée immobile pendant des années. » Anna Garnett, conservatrice au musée, a déclaré : « La rotation peut être provoquée par les vibrations des gens marchant à proximité, mais il est arrivé que, la salle étant déserte, la statue pivote de 45° en 90 minutes. »

La statuette de 25 cm datant de 1800 ans avant J-C et dédiée à Osiris – dieu de l’au-delà considéré comme « le Seigneur de l’Amour » – a été retrouvée près de la momie d’un fonctionnaire connu sous le nom de Neb-Senu.

Après que le Manchester Evening News eut révélé l’affaire en juin 2013, des milliers de personnes ont afflué vers le musée et la nouvelle a été reprise en Italie, en Allemagne, en Inde, au Japon et en Egypte. Des équipes internationales de télévision ont commencé à arriver au musée pour filmer la rotation de la statuette.

[Sources : Manchester Evening News, The Telegraph, le musée de Manchester, (G.-B.]

Un bébé naît avec un chapelet autour du cou

Lorsque Mme Khadijat Isa eut ses contractions à Bida, au Nigéria, le 15 juillet 2013, à 14 h, elle fut transportée au domicile d’une infirmière retraitée, Shasha Abubakar, où elle accoucha d’une petite fille. L’infirmière a fait part de leur surprise quand elles ont vu que le bébé avait autour du cou un chapelet noir qui a immédiatement viré au blanc après l’accouchement. Les chapelets islamiques sont appelés Tasabih.

Comme la nouvelle s’est répandue, des foules ont afflué pour voir le bébé miraculeux, en criant « Allahu akbar ! » (Dieu est grand). Les parents, originaires de Lama, dans l’Etat de Kwara, vivaient à Bida depuis de nombreuses années et étaient considérés comme des musulmans pratiquants. Le bébé a été emmené au Palais de Etsu Nupe, où il a été reçu et béni par le chef traditionnel, Alhaji Yahaya Abubukar.

L’érudit islamique Malam Idiris Ndajiwo a déclaré : « La naissance du bébé aujourd’hui, dans cette ville et cette région (Kutaworo) est une énorme surprise pour nous les musulmans. Cela démontre qu’Allah a le contrôle de ce qui arrive à n’importe qui et dans le monde entier. »

[Sources : www.nigeriadailynews.com ; www.leadership.ng]

Malala aux Nations unies

A l’âge de onze ans, Malala Yousafzai a ouvert un blog pour la BBC sous un pseudonyme. Elle y parle de sa vie dans un Pakistan sous contrôle taliban, où ces derniers s’efforcent de bannir l’éducation des filles.

Le 9 octobre 2012, à l’âge de 15 ans, alors qu’elle milite pour le droit des filles à l’éducation, un taliban lui tire une balle dans la tête dans un bus scolaire de la vallée de Swat.

Elle a été sauvée par le Maître Jésus (voir les Questions-Réponses de Partage international , déc. 2012). Elle a été opérée à l’hôpital Queen Elizabeth de Birmingham (G.-B.) et le 12 juillet 2013, pour son seizième anniversaire, elle s’est adressé à l’assemblée des Nations unies à New York. L’événement était organisé par l’ancien premier ministre britannique, Gordon Brown, envoyé spécial de l’Onu pour l’Education mondiale, qui était à l’origine d’une pétition adressée au président pakistanais, exigeant que tous les enfants de son pays soient scolarisés d’ici la fin 2015. « Vous êtes une source d’inspiration pour nous tous, a-t-il dit à Malala, vous nous mettez au défi de faire plus. Jamais un 16 e anniversaire n’a été célébré en ce sens. Mais jamais non plus nous n’avons eu un adolescent qui ait montré tant de courage. »

Voici quelques extraits du discours de Malala :

« Il y a des centaines de militants des droits de l’homme et de travailleurs sociaux qui ne parlent pas seulement de leurs droits, mais se battent pour atteindre leurs objectifs de paix, d’éducation et d’égalité. Des milliers de gens ont été tués par les terroristes et des millions ont été blessés. Je ne suis que l’un d’entre eux. Donc ici, je me tiens, une fille parmi tant d’autres. Je ne parle pas pour moi, mais pour ceux dont la voix ne peut être entendue. Ceux qui ont lutté pour leurs droits. Leur droit de vivre en paix. Leur droit à être traité avec dignité. Leur droit à l’égalité des chances. Leur droit à l’éducation […]

« Je suis ici pour parler au nom du droit à l’éducation de chaque enfant. Je veux l’éducation pour les filles et fils des talibans et de tous les terroristes et les extrémistes.

« Chers frères et sœurs, je ne suis contre personne pas plus que je ne suis ici pour parler en termes de revanche personnelle contre les talibans ou tout autre groupe terroriste.

« Je n’ai même pas détesté le taliban qui m’a tiré dessus. Même si j’avais un pistolet et qu’il était en face de moi, je ne tirerais pas. C’est la compassion que j’ai apprise de Mohammed, le prophète de la miséricorde, de Jésus-Christ et du Bouddha. C’est le legs du changement que j’ai hérité de Martin Luther King, de Nelson Mandela et de Mohammed Ali Jinnah. C’est la philosophie de la non-violence que j’ai apprise de Gandhi, de Bacha Khan et de Mère Teresa. Et c’est le pardon que j’ai appris de mon père et de ma mère. C’est ce que mon âme me dit : soit pacifique et aime tout le monde.

« Nous prenons conscience de l’importance de la lumière quand nous sommes dans l’obscurité. Nous prenons conscience de l’importance de notre voix quand nous sommes réduits au silence. De la même manière, lorsque nous étions à Swat, dans le nord du Pakistan, nous avons réalisé l’importance des stylos et des livres quand nous avons vu les armes. Le sage dit : « La plume est plus puissante que l’épée. » C’est vrai. Les extrémistes ont peur des livres et des stylos. Le pouvoir de l’éducation leur fait peur. Ils ont peur des femmes. La puissance de la voix des femmes leur fait peur. C’est pourquoi ils ont tué 14 étudiants innocents, récemment à Quetta. Et c’est pourquoi ils tuent les femmes enseignantes. C’est pourquoi ils dynamitent les écoles tous les jours parce qu’ils ont peur du changement et de l’égalité que nous allons apporter à notre société. Je me souviens d’un garçon dans notre école interrogé par un journaliste : « Pourquoi les talibans sont-ils contre l’éducation ? » Il a répondu très simplement en pointant son livre : « Un taliban ne sait pas ce qui est écrit à l’intérieur de ce livre. »

« Ils pensent que Dieu est un tout petit être conservateur qui mettrait le fusil sur la tempe des gens juste parce qu’ils sont allés à l’école. Ces terroristes mésusent du nom de l’Islam pour leur bénéfice personnel. Le Pakistan est un pays démocratique et pacifique. Les Pakistanais veulent l’éducation de leurs filles et fils. L’Islam est une religion de paix, d’humanité et de fraternité qui déclare que c’est un devoir et une responsabilité de procurer de l’éducation à chaque enfant.

La paix est une nécessité pour l’éducation. Dans de nombreuses parties du monde, en particulier au Pakistan et en Afghanistan, le terrorisme et les conflits empêchent les enfants d’aller à l’école. Nous sommes vraiment fatigués de ces guerres. Les femmes et les enfants souffrent de multiples façons dans de nombreuses parties du monde […]

« Nous voulons des écoles et de l’éducation pour l’avenir lumineux de chaque enfant. Nous continuerons vers notre destination de paix et d’éducation. Personne ne peut nous arrêter. Nous parlerons plus fort de nos droits. Nous croyons en la puissance et en la force de nos mots. Nos paroles peuvent changer le monde entier parce que nous sommes tous unis pour la cause de l’éducation. Et si nous voulons atteindre notre objectif, alors donnons-nous en les moyens avec l’arme de la connaissance et protégeons-nous avec l’unité et la solidarité.

« Nous ne devons pas oublier que des millions de personnes souffrent de la pauvreté, de l’injustice et de l’ignorance. Nous ne devons pas oublier que des millions d’enfants ne vont pas à l’école. Nous ne devons pas oublier que nos frères et sœurs sont en attente d’un avenir brillant et pacifique.

« Continuons à mener une lutte glorieuse contre l’analphabétisme, la pauvreté et le terrorisme, ramassons nos livres et nos stylos, ce sont les armes les plus puissantes. Un enfant, un enseignant, un livre et un stylo peuvent changer le monde. L’éducation est la seule solution. L’éducation en priorité. »

[Sources : SkyNews ; BBC ; www.independent.co.uk]