Adsense

Apprendre les leçons de 2016

Source : guardian.com ; unlimited.world

Stephen Hawking, célèbre physicien théoricien anglais, pense que « nous traversons la période la plus dangereuse pour notre planète. » Dans un article publié en décembre 2016, il prévient : « Nous ne pouvons pas continuer à ignorer les inégalités, car nous avons les moyens de détruire notre planète mais pas de nous en échapper. » Il explique qu’une partie du danger réside dans la manière avec laquelle les élites considèrent le rejet dont ils ont récemment été l’objet par les masses populaires, comme au Royaume-Uni par ceux qui ont choisi de quitter l’U.E., et aux États-Unis par l’électorat qui a voté contre le statu quo. Il demande : « Devrions-nous, à notre tour, rejeter ces votes comme des effluves de populisme ne tenant pas compte des faits, et tenter de les contourner ou de les circonscrire ? »

Il ne fait aucun doute que les votes britanniques et américains exprimaient la colère et la frustration de la part de gens qui se sentent oubliés par la société et abandonnés par leurs dirigeants. « Ce fut, tout le monde semble d’accord à ce sujet, le moment où les oubliés ont parlé, trouvé leur voix pour rejeter les conseils des experts et des élites. » S. Hawking décrit un monde inégal et injuste, dans lequel le progrès technologique, l’automatisation et la mondialisation ne servent qu’à accroître le chômage au sein des classes moyennes. La percée des médias sociaux a montré un fossé plus grand que jamais entre riches et pauvres. Par quel autre moyen les marginalisés pourraient-ils faire entendre leur voix ?

« Nous devons mettre cette situation en parallèle avec la crise financière, qui a révélé aux gens qu’une poignée d’individus du secteur financier peuvent accumuler des avantages énormes aux dépens de tous les autres qui se retrouvent mis à contribution pour couvrir les conséquences de la cupidité des premiers. Nous vivons ainsi dans un monde aux inégalités financières croissantes, où beaucoup peuvent non seulement voir leur niveau de vie décroître, mais également voir disparaître leur capacité à gagner leur vie. Il n’est pas étonnant qu’ils cherchent une nouvelle voie, que D. Trump ou le Brexit peuvent sembler représenter.

Le mode de vie des personnes les plus riches dans les régions les plus prospères du monde est visible par quiconque, même pauvre, pour peu qu’il ait accès à un téléphone. En Afrique subsaharienne, il y a maintenant plus de gens avec un portable que de gens qui ont accès à l’eau potable ; cela signifie que très bientôt les inégalités sur notre planète ne pourront plus échapper à personne.

Les conséquences de cette situation sont évidentes : les pauvres des campagnes, poussés par l’espoir, affluent vers les bidonvilles des grandes villes. Et puis souvent, constatant que le nirvana qu’ils avaient aperçu sur Instagram n’est pas disponible là-bas, ils le cherchent à l’étranger, en rejoignant le grand nombre de migrants économiques en quête d’une vie meilleure. Ces migrants, à leur tour, posent de nouvelles contraintes aux infrastructures et aux économies des pays où ils sont arrivés, ce qui sape la tolérance et alimente encore davantage le populisme politique. »

Le professeur Hawking se demande quelle sera notre réponse collective à cet ensemble complexe de facteurs qui ont également un impact sur notre environnement et sur la santé de la planète elle-même. Il appelle à un effort concerté pour faire face à ces menaces pour notre survie et celle de la planète : «… C’est maintenant, plus qu’à tout autre moment de notre histoire, que notre espèce a besoin de regrouper ses forces. Nous faisons face à des défis environnementaux impressionnants tels que le changement climatique, la production alimentaire, la surpopulation, la décimation d’autres espèces, les épidémies et l’acidification des océans. Ces défis nous rappellent que nous sommes à l’époque la plus dangereuse du développement de l’humanité. Nous avons maintenant la technologie pour détruire la planète sur laquelle nous vivons, mais n’avons pas encore développé la capacité de nous y soustraire… »

S. Hawking soutient que les dirigeants politiques doivent reconnaître qu’eux-mêmes ainsi que les structures dirigeantes ont failli à leur mission et ont besoin de réformes. Le monde doit également veiller à ce que les systèmes économiques et financiers actuels soient revus au profit de tous. Il fait valoir ce qui, pour beaucoup, semblera être une idée radicale : « Avec des ressources de plus en plus concentrées entre les mains de quelques-uns, nous allons devoir apprendre à partager beaucoup plus qu’actuellement. Non seulement les emplois mais également des industries entières disparaissent. Il faut aider les gens à se recycler pour trouver leur place dans un monde nouveau et nous devons les soutenir financièrement pendant cette transition.

Si les communautés et les économies ne peuvent pas faire face aux niveaux actuels de migration, il faut davantage encourager le développement économique dans les pays d’origine, car c’est la seule solution pour que les millions de candidats à l’émigration se persuadent que leur avenir est à la maison. »

Stephen Hawking admet être optimiste lorsqu’il affirme que « nous pouvons le faire », mais c’est à condition que les élites tirent les leçons de 2016, prennent au sérieux les exigences des couches de la société précédemment muettes et prennent en compte les besoins urgents de la planète elle-même. Il appelle en particulier les élites à « apprendre avant tout une certaine humilité ».

Le Plan Marshall, la plus belle réussite des États-Unis à ce jour

Le rayon de l’âme des États-Unis est le 2e rayon d’Amour-Sagesse qui s’est manifesté de manière évidente, après la guerre, avec le plan Marshall qui est à ce jour la plus grande réalisation des États-Unis vis-à-vis du reste du monde. Ce n’est pas votre sens de la compétition, votre informatisation, votre conquête de la Lune et votre espoir d’atteindre un jour la planète Mars qui importent. Tout le monde accomplit plus ou moins les mêmes prouesses techniques. Les États-Unis le font à plus grande échelle, mieux et plus vite, parce que c’est un pays plus vaste et plus doué pour ce genre de choses. Mais tout cela n’a guère d’importance. Ce qui compte réellement, ce sont les justes relations humaines créées par une nation quelle qu’elle soit. [L’Art de la coopération (Benjamin Creme)]

Avec la pression du changement, il se produit inévitablement une réaction, un contrecoup, avec un mouvement vers la droite.
Il existe un puissant courant de type fasciste aux États-Unis, qui observe les événements et attend une occasion pour se manifester. Cette opportunité pourrait venir lorsque les changements auront pris une certaine importance, mais les tenants de ce courant découvriront que les éléments les plus instruits du public prendront alors des positions auxquelles ils ne s’attendaient pas. Ils prendront le parti du changement. Vous découvrirez alors que la qualité d’âme des États-Unis, qui est de deuxième rayon d’amour-sagesse, sera évoquée par Maitreya et agira comme elle l’a déjà fait après la Seconde Guerre mondiale avec le plan Marshall.

Le plan Marshall est sans aucun doute la plus grande réalisation de l’Amérique moderne. Malheureusement, il y fut mis un terme à l’issue de ses premiers résultats en Europe, et il fut remplacé par le plan de la CIA dont l’objectif était de conserver le statu quo, de déstabiliser les pays orientés à gauche et de maintenir les États-Unis en première position. La CIA est encore très puissante aujourd’hui, mais cela aussi aura une fin.

Lorsque Maitreya sera davantage accepté et que l’opinion publique sera galvanisée, ceux qui résistent au changement se découvriront bientôt minoritaires. Des millions d’Américains de bonne volonté se joindront à Maitreya pour réclamer le changement et la justice. Un nouveau type d’action du genre plan Marshall sera instauré pour sauver les millions d’êtres qui meurent de faim dans le monde. Un immense et spectaculaire programme d’aide tel qu’il n’en a jamais existé auparavant sera organisé et mis en œuvre par l’intermédiaire des agences des Nations unies. Cela aura un profond retentissement sur l’opinion mondiale, y compris aux États-Unis. Les opposants au changement seront de moins en moins nombreux, de plus en plus retranchés dans leurs bastions qui ne pourront pas résister bien longtemps aux décisions de la majorité. [Le Grand Retour (B. Creme)]

Amarrage de la capsule Soyouz

Source : YouTube : ISS

Le 15 décembre 2015, la capsule Soyouz, avec à bord l’astronaute britannique Tim Peake, s’est amarrée à la Station spatiale internationale. La caméra enregistrant la manœuvre a capté de nombreux ovnis volant autour de la capsule pendant plusieurs minutes tandis que se déroulait le délicat processus d’amarrage.

Bénédiction du Maître Jésus

Cette photo de T. Y., Japon, prise par sa fille le 7 avril 2014, montre une colonne de lumière, confirmée par le Maître de Benjamin Creme comme étant une bénédiction du Maître Jésus.

Une bénédiction lumineuse en public

Source : facebook.com/denniskucinich

Le 22 octobre 2016, Dennis Kucinich, homme politique démocrate américain, a publié cette photo sur sa page Facebook où l’on voit sa femme faire une allocution dans le jardin de la Constitution (Constitution Garden), à Washington.

Il écrit : « C’est l’anniversaire de ma femme, Elizabeth Kucinich, qu’elle a fêté en partie lors d’un évènement à Washington. Ce matin, tandis qu’elle parlait sur le National Mall, le public eut le souffle coupé lorsqu’elle fut soudain baignée de lumière. Plusieurs spectateurs prirent des photos avec leur téléphone. En voilà une. »

E. Kucinich évoquait la persécution des guérisseuses à travers l’histoire, comment toutes les femmes portent la douleur et les cicatrices dans leurs gènes, que nous devons honorer la Grande Mère, nos mères et nos grand-mères à travers les âges et reconnaître, consigner et libérer le traumatisme.

Les opérations de sauvetage en Méditerranée de plus en plus difficiles

Source : Moas

Le Moas (Migrant offshore Aid Station) est un organisme de recherche et de sauvetage en mer ; il exploite actuellement deux navires en Méditerranée : le Phoenix et le Responder. La saison 2016 a été lancée le 6 juin en partenariat avec la Croix-Rouge italienne. Nous publions ci-dessous le dernier communiqué de presse du Moas, daté du 16 novembre 2016.

Les sauvetages en Méditerranée sont de plus en plus dangereux, 2016 est l’année où le plus grand nombre de victimes a été enregistré.

Le nombre de décès en 2016 atteint 4 300, dépassant celui des années précédentes. Alors que le nombre de personnes ayant franchi la Méditerranée dans son ensemble a diminué par rapport aux années précédentes, le nombre de celles qui ont tenté la route de la Méditerranée centrale – de la Libye à l’Italie – est resté inchangé.

Le Moas s’est vu dépassé cette année, en grande partie en raison des changements apportés par les réseaux de passeurs. Alors que ces dernières années, les transferts étaient organisés en petits convois, en général quelques-uns par jour, cette année, nos équipages ont vu des départs organisés par vagues entières.

Les équipes du Moas pensent que ce changement d’approche pourrait correspondre à la fois à une tentative des passeurs de maximiser les opportunités et de répondre à la demande. Les réseaux de passeurs semblent se professionnaliser, la concurrence accrue représentant un nouveau défi pour eux notamment pour se procurer suffisamment de bateaux, de moteurs et de réservoirs de carburant pour répondre à la demande. Cela conduit à un nombre sans précédent de migrants et de demandeurs d’asile entassés dans des bateaux gonflables qui ne sont pas destinés à la navigation. « La conjugaison d’un chargement plus lourd et de matériel de qualité inférieure est une recette menant au désastre, explique Ian Ruggier, chef des opérations du Moas. Les équipes de sauvetage ont dû faire face à des difficultés accrues. Il ne fait aucun doute que les navires sont construits pour ne tenir que quelques miles, juste pour conduire les gens au-delà des eaux territoriales libyennes. »


photo: Mathieu Willcocks / MOAS.EU
Plus de 30 000 personnes ont déjà été secourues depuis que le Moas a lancé sa première mission de sauvetage
en 2014 dont près de 19 000 depuis juin 2016 seulement.

Repérer quantité de bateaux envoyés en même temps et ensuite parvenir à sauver tout le monde constitue une tâche plus difficile pour les sauveteurs. En outre, nos équipages ont aperçu des bateaux navigant la nuit alors qu’ils étaient en mer depuis le matin, ce qui laisse à penser que beaucoup d’autres bateaux pourraient passer inaperçus. En conséquence, il est presque certain que le nombre réel de morts est beaucoup plus élevé que le chiffre enregistré, car il est très probable que de nombreux bateaux coulent sans jamais avoir été signalés.

Plus de 30 000 personnes ont déjà été secourues depuis que le Moas a lancé sa première mission de sauvetage en 2014 dont près de 19 000 depuis juin 2016 seulement.

« On n’arrêtera pas les traversées en Méditerranée avec plus de frontières ou en construisant des murs et des clôtures. La force n’est pas la solution à la migration. Les gens trouveront toujours un moyen de venir en Europe. Il est urgent de gérer le phénomène plutôt que d’essayer de se cacher. A cet effet, les dirigeants européens doivent prendre leurs responsabilités », a déclaré le directeur du Moas, Pete Sweetnam.

Le Moas continue de réclamer la création de voies sûres et légales pour mettre fin à la perte inutile de vies humaines en mer et pour garantir la protection et la dignité des êtres humains à la recherche d’une vie meilleure.

Bienvenue dans l’ère nouvelle

Il existe en ce moment un groupe de personnalités éclairées qui attirent l’attention de l’humanité sur la nouvelle réalité du monde. Parmi elles se trouve le pape François qui exprime d’une manière unique les idéaux de tous, dans une grande proximité avec les gens. Le dalaï-lama, lui aussi, joue un rôle considérable au nom de tous ceux qui voient en lui leur porte-parole.
Jamais auparavant des hommes de si grand talent ne s’étaient trouvés réunis en une même époque, pour montrer à l’humanité que tout est bien et qu’elle n’a plus longtemps à attendre pour voir ses rêves se réaliser. Chaque jour qu’ils bénissent de leur présence rend leur amour plus proche du cœur des hommes. Aimez-les en retour et ouvrez-leur votre cœur au nom de Celui qui vient. Changez vos peurs en une attente pleine d’amour, et accueillez l’ère nouvelle dans cette joie qui est vôtre de plein droit. Il est proche, très proche le moment où vous découvrirez avec émerveillement Son visage, la joie de Sa présence et Son amour inconditionnel. Vous saurez alors pourquoi vous êtes en incarnation en cette époque si particulière.
Que Dieu vous bénisse et dissipe vos peurs à jamais.

Bienvenue dans l’ère nouvelle, par le Maître –, 14 janv. 2016 – Partage international

L’ADN parle : il n’existe qu’une seule famille humaine

Plus de 8 millions de vues sur youtube : c’est le score impressionnant d’une vidéo commerciale porteuse d’un message d’unité. Publiée en juin 2016, la vidéo Momondo – The DNA Journey, filme des volontaires faisant tester leur ADN et leur réaction de surprise et d’émoi face aux résultats, quand ils découvrent que leur ADN vient du monde entier (ndt : plus spécifiquement, certains marqueurs génétiques propres à certaines populations sont présents chez eux alors qu’ils n’appartiennent pas à ladite population et/ou n’en partagent pas la nationalité).

Le film est un projet commun entre Momondo, site comparateur de voyages, et Ancestry.com, site de généalogie qui offre un service de traçage génétique pour compléter les connaissances généalogiques familiales. Il a été filmé à Copenhague (Danemark), par le réalisateur Jeppe Rønde.


Nous avons beaucoup bien plus en commun avec les autres nationalités que nous le pensons.

« On pense généralement qu’il existe davantage de choses qui nous divisent que de choses qui nous unissent. Mais dans les faits, nous avons bien plus en commun avec les autres nationalités que nous le pensons », affirme Momondo. The DNA Journey est un voyage vers ce que nous sommes et la prise de conscience de notre appartenance à une famille planétaire. Nous avons demandé à 67 personnes à travers le monde de faire le test ADN, et il en sort qu’elles ont bien plus en commun avec d’autres nationalités qu’elles ne l’auraient pensé. »

Il est impossible de rester de marbre face à la réaction des participants. Souvent, ils déclarent leur conviction que leurs gènes sont purs, et découvrent une réalité toute différente. Aurélie, française, comprend enfin pourquoi elle se sent chez elle au Royaume-Uni. Jay est britannique, ses ancêtres ont combattu pendant les guerres mondiales, et il est porteur d’ADN allemand. Ellaha, kurde iranienne, se découvre un cousin lointain parmi le groupe de volontaires, à la surprise générale, y compris des organisateurs. Mais la vedette du film est sans conteste Carlos le Cubain, qui découvre qu’il est réellement « un homme du monde » ayant un ADN plus varié que tous les autres participants.

« Ce test devrait être obligatoire, fut la remarque enthousiaste d’Aurélie. Il n’y aurait plus d’extrémistes si chacun connaissait ainsi son origine. Qui serait assez bête pour penser à une race pure ? »

Cette vidéo a stimulé beaucoup de commentaires : « Nous sommes tellement prisonniers de nos différences. As-tu honnêtement oublié les choses que nous avons en commun ? » demande Brotherhood in Islam [Fraternité dans l’Islam], qui a posté la vidéo sur sa page Facebook et cite le prophète Mahomet dans son dernier sermon : « Toute l’humanité descend d’Adam et d’Eve, un Arabe n’est pas supérieur à un non-Arabe, et un non-Arabe n’est pas supérieur à un Arabe ; de même un Blanc n’est pas supérieur à un Noir, ni un Noir supérieur à un Blanc, si ce n’est en piété et en bonnes actions. Apprenez que chaque musulman est un frère pour chaque autre musulman et que les musulmans constituent une fraternité. »

« Cela fait quinze ou vingt ans maintenant que je dis que si on enseignait cela à l’école et qu’on donnait à tous les jeunes élèves le résultat de leur test ADN, on pourrait éradiquer le racisme pour de bon. Nous sommes tous connectés, déclare un commentaire. Comme on dit en Ecosse, we’re all Jock Tamson’s bairns [nous sommes tous les enfants d’un même père], ce qui signifie qu’au fond nous sommes tous les mêmes, commente un autre. Cette vidéo m’a fait pleurer car elle dit ce que je savais déjà en mon cœur : nous sommes tous connectés. »

[Sources : YouTube : momondo – The DNA Journey ; letsopenourworld.com ; momondo.co.uk ; ancestry.com ; Facebook : BrotherhoodInIslam]


[NdT : des sous-titres sont disponibles pour la vidéo, il faut les activer en bas à droite de la vidéo, en cliquant sur l’engrenage, puis choisir la langue voulue.]

Journée mondiale de l’unité

Source : www.globalonenesssummit.org ; www.humanitysteam.org

La 7e journée mondiale de l’unité a été célébrée le 24 octobre 2016 et avait pour thème Voir le divin dans la vie ; Se mettre dans la peau de l’autre. Deepak Chopra a présidé un séminaire en ligne, auquel participaient d’autres intervenants célèbres comme Neale Donald Walsh et James Twyman. Des célébrations ont été organisées partout dans le monde, incluant des rencontres inter-religieuses avec chants et danses, prières et méditations.

Selon le site web relatant la journée : « L’unité est l’interconnexion de toute vie, de tout ce qui existe. C’est notre unité avec le divin et avec l’autre. Nous sommes une part inséparable du divin, Dieu, la Source, Tout ce qui est ; le terme que vous employez importe peu. Cela revient au même. […] Nous sommes tous Un ! A notre époque, un nombre sans précédents d’humains s’éveillent à l’Unité. […]

Dans la culture humaine, l’Unité représente un nouveau et profond changement d’optique, de la compétition à la coopération. A la fin des années 1960, les premières photos de la Terre depuis l’espace ont puissamment influencé notre perception du monde. Nous réalisions que toute vie sur notre belle planète bleue était profondément entremêlée. Cette compréhension s’est approfondie et étendue à mesure que davantage de personnes ont saisi que l’Unité est divine et constitue l’essence véritable de notre être. […] La journée mondiale de l’unité est destinée à célébrer l’unité dans la diversité, en tant que communauté qui se consacre à l’éveil collectif de l’humanité. »

Le mythe de la séparation

par Elisa Graf

Synthèse d’articles de Charles Eisenstein

Le thème du changement de paradigme auquel l’humanité fait face actuellement est un aspect central de l’œuvre de Charles Eisenstein, écrivain, enseignant et conférencier. Dans son article intitulé The Ascent of Humanity (l’Ascension de l’humanité)1, C. Eisenstein pose une dimension spirituelle à la crise planétaire, qui est essentiellement, affirme-t-il, une crise collective d’identité : « Le changement de notre image collective est intimement lié à un changement équivalent de notre propre image individuelle. […] Nous nous sommes définis différemment de ce que nous sommes, comme des sujets distincts et séparés les uns des autres et séparés du monde autour. […] Cette conception de soi est si profondément enracinée dans notre civilisation, dans la technologie et la culture, que s’en départir n’est possible qu’au prix de l’effondrement d’une bonne part de ce qui nous est familier. Voilà ce que préfigure l’actuelle convergence des crises. » Cette fausse conception de soi engendre ce qu’Eisenstein appelle le mythe de la séparation.

Dans une vidéo créée pour la conférence 2014 de Science and Nonduality, C. Eisenstein réfléchit au mythe de la séparation qui imprègne nos institutions sociales et politiques, et ses effets néfastes. Il remarque : « Notre relation à la nature est une relation de séparation. Malgré ce que nous faisons à la nature, nous nous imaginons que d’une manière ou d’une autre nous échapperons aux conséquences. Nous ne pensons pas être en train de nous infliger cela à nous-mêmes, car nous percevons la nature comme étant séparée de nous. […] Or tout ce que nous faisons à cette planète nous affecte – nous ne pouvons pas nous y soustraire car nous n’en sommes pas réellement séparés. »

Comme il l’explique : « Notre système économique est révélateur de ce sentiment. Notre système monétaire met davantage les gens en compétition qu’ils ne le seraient naturellement. Il crée la pénurie ; conduit à une croissance sans fin ; dissout les communautés. » Ce système « nous sépare du monde en nous entourant de biens matériels ; il nous met dans des rôles et des postes standardisés où nous sommes remplaçables, dans lesquels nous ne sommes plus des contributeurs uniques. » Donc, « nous vivons dans un monde qui nous renvoie constamment au mythe de la séparation. »


Photo: sbs.com.au

« Tout ce que nous faisons à cette planète nous affecte, nous ne pouvons pas nous y soustraire
parce que nous ne sommes pas vraiment séparés. »

De nos jours, beaucoup de gens remettent en question ces hypothèses institutionnelles, et C. Eisenstein note qu’ils « écoutent cette connaissance intérieure que nous avons tous, qui nous dit que nous ne sommes pas réellement séparés. » Il suggère que cela nous encourage à avoir envie de vivre notre vie dans ce sens : vivre notre vie avec cette compréhension que nous sommes chacun ici avec un don unique que nous voulons mettre à profit pour quelque chose qui nous dépasse, « en me basant sur la compréhension que tout ce que je fais, même les actes les plus petits, ont une portée cosmique. »

Le monde dans son ensemble semble en conflit avec cette expérience intérieure tant nos structures changent lentement. Il concède : « C’est vraiment difficile… Personne ne va vous payer, par exemple, pour faire les choses qui s’imposent après avoir vécu l’expérience d’être connecté au monde. » Il ajoute : « Il y a tant d’argent à se faire en coupant les forêts et en attrapant le dernier poisson de l’océan. Mais aucun gain financier à s’enchaîner à un arbre pour que la forêt ne soit pas coupée. Donc, dit-il, notre conscience progresse, mais nos structures ont énormément d’inertie. Elles sont comme bloquées dans le passé. »

Dans l’Ascension de l’humanité, Charles Eisenstein prédit qu’avec les crises planétaires qui concernent chacun d’entre nous, « nos idées personnelles et collectives erronées sur qui nous sommes ne seront plus tenables. Chacune des conceptions reflète celle de l’autre : dans son origine, ses conséquences, et sa résolution ». C’est pourquoi il mêle la dimension collective – notre séparation d’avec la nature, à la dimension personnelle qui s’exprime par l’oubli individuel de la vie, de la nature et de l’esprit.

sources :
http://charleseisenstein.net/the-ascent-of-humanity
https://www.scienceandnonduality.com/how-the-myth-of-separation-affects-our-world-charles-eisenstein